Rituaes e festas bororo : premier film ethnographique de Luiz Thomas Reis

Séance du 10 décembre

Rédactrice : Joanna Espinosa

« Rituaes e festas Borôro est un émouvant premier témoignage audiovisuel des rites funéraires des indiens Borôro que le cinéaste Luiz Thomas Reis va filmer durant 3 mois au sein d’une communauté indigène qui l’invite à enregistrer les préparatifs cérémoniaux. Le film conçu en 1916 et qui a une durée de 30 minutes est d’une parfaite cohésion entre la praxis filmique et l’opération du montage. Comme le fait remarquer assez justement le critique Cléber Eduardo Miranda Dos Santos « le cinéma mondial était encore en train de chercher une grammaire narrative, avec les changements d’échelles dans les plans et les distances focales, avec un perfectionnement progressif de raccord du regard, alors que le cinéaste « officiel » filmait les Bororos avec un désir remarquable d’équilibre dans les plans et dans les coupes ». [1] Le cinéaste Luiz Thomaz Reis rassemblera les plus importants clichés jamais réalisés au début du XXème siècle et reste un véritable pionnier du cinéma ethnographique chez les amérindiens du Brésil. Nonobstant, Luiz Thomaz Reis a  davantage été connu pour sa carrière de militaire au sein de la Commission Rondon que pour ses exploits cinématographiques, et si ses films restent encore méconnus à l’international, plusieurs corollaires sont à l’origine de ce manquement. Tout d’abord, comme le soulignera Eduardo Miranda Dos Santos dans son article Thomaz Reis : major ou cineasta ? à cause de son rattachement à une mission sous contingence militaire, où il est sommé d’enregistrer la propagande du progrès étatique et la tentative de civilisation et de pacification des zones indigènes. Dès lors, désigné principalement sous la qualification de Major Reis, sa reconnaissance professionnelle en tant que cinéaste sera éludée.

D’autres facteurs subalternes entrent aussi en jeu, comme la perte de ses premiers films, tel Sertões do Mato Grosso (Intérieurs du Mato Grosso) réalisé en 1913 dont une projection publique a été organisée en 1915 au théâtre Fênix de Rio de Janeiro avant d’être montré par la suite dans tout le Brésil. Seulement 3 minutes du film ont été retrouvées avec d’autres fragments de films postérieurs à celui-ci, dont quelques images d’indiens Paresi jouant au ballon (Jogos de bola dos índios Paresi). Nous pouvons aussi suspecter le peu d’intérêt qu’ont pu représenter ces archives visuelles essentiellement basées sur les us et coutumes des indigènes sans que la présence ou l’influence des non-indigènes ne soit évoquée. Ce dernier point est très significatif dans la construction narrative de Rituaes e festas borôro et c’est ce qui justement aujourd’hui en fait une œuvre à part entière et hautement symbolique pour le champ de la recherche anthropologique et audiovisuelle mais aussi pour la sauvegarde mémorielle indigène. L’anthropologue Pierre-Léonce Jordan réhabilite Rituaes e festas Borôro le considérant comme le premier film ethnographique[2] qui fait entrer très tôt le Brésil dans le domaine de recherche de l’anthropologie visuelle. Et grâce à l’effort de quelques anthropologues et historiens du cinéma, Luiz Thomaz Reis commence à retrouver la place qu’il mérite au sein du panthéon des premiers cinéastes, et à être reconnu comme un grand réalisateur. Même si nous allons découvrir au cours de cette analyse que cette vocation imagétique n’est pas aussi impartiale qu’elle n’y paraît et n’a pas été encouragée. Il aura fallut la volonté et la ténacité de Luiz Thomaz Reis pour que ces images existent indépendamment de la mission pour laquelle il a été engagé. Et afin de comprendre la genèse du film, il est intéressant de se pencher sur les contextes historiques qui sont intrinsèques à sa création.

Affirmation d’une nation :

À la fin du XIXème siècle, les pays d’Amérique Latine sont encore sujets à des guerres portant sur l’annexion de certains territoires dont les frontières – qui n’ont pas été véritablement tracées – sont restées longtemps floues. Sous l’impulsion de la loi de l’Uti possidetis juris, le gouvernement brésilien prend conscience de l’urgence à atteindre des zones de son pays encore inexploitées afin de les légitimer comme appartenant au Brésil. Cette conquête de l’ouest fait naître plusieurs initiatives gouvernementales dont la plus importante expédition qui va donner lieu à une source inépuisable d’archives sur les indiens : la Comissão construtora de linhas telegráficas do Mato Grosso ao Amazonas mandatée par le gouvernement afin de délimiter le territoire et de moderniser le pays en construisant des lignes télégraphiques dans des régions encore inexploitées. Deux ministères se partagent l’exécution des travaux, le Ministère de la Guerre et des Industries, d’où la présence d’une équipe militaire et le Ministère Civil responsable du réseau télégraphique national. Pour l’historien Cesar Machado Domingues, le  télégraphe constitue  « un mécanisme capable de faire arriver la parole du pouvoir dans tous les points du territoire ».[3] Ces expéditions militaires d’occupation des territoires et de défense des frontières – qui se dérouleront en deux temps de 1900 à 1906 pour la région du Mato Grosso et de 1907 et 1916 pour la région de l’Amazonie – seront accompagnées, dans la deuxième partie, de scientifiques qui auront pour objectif de faire la topographie des lieux, l’observation de la faune et de la flore, et d’établir un contact pacifique avec les indiens. C’est dans ce cadre-là de collecte scientifique que les premières photographies et images filmiques vont être révélées, transfigurant souvent un point de vue véhiculé par la pensée dominante qui manipule l’inconscient collectif. La production audiovisuelle de la Commission des lignes télégraphiques sert avant tout à documenter les différentes étapes de ce qui est considéré comme le plus grand chantier du pays. Certains films sont réalisés afin de faire la promotion auprès des investisseurs durant les diverses projections organisées dans différentes villes de la région et d’autres états aux capitaux financiers importants. Comme le souligne Marc-Henri Piault dans son livre Anthropologie et cinéma, le propos est clair, il s’agissait de « donner au futur spectateur brésilien des images de ce qui constituerait les bases d’une culture nationale, la représentation d’une sorte d’a priori « naturel » à l’entreprise de fondation, de formation, de transformation et de progrès à l’œuvre depuis la création de la république brésilienne. Ces images et les objets rapportés devraient être les éléments d’une préhistoire à partir de laquelle développer la modernité de la Nation »[4].

Création du service photographique et audiovisuel:

L’homme choisi pour orchestrer l’expédition est le Maréchal Cândido Mariano da Silva Rondon, dont le nom va être donné postérieurement à la commission en hommage à ce dernier. Républicain, abolitionniste et positiviste convaincu, le maréchal Rondon se révèle un parfait allié pour mener à bien les investigations scientifiques et les préoccupations militaires de conquête des territoires dites  pacifiques et sans agressions envers les indiens afin que ces derniers n’empêchent pas l’exécution des chantiers. En fait, ce passage en force avec intimidation, dans le seul but d’éviter les conflits directs, a fait déplacer de nombreuses tribus indigènes et ceux qui sont restés malgré tout sont devenus la main-d’œuvre bon marché pour l’exécution des chantiers et la surveillance des postes télégraphiques. Luiz Thomaz Reis commence à travailler comme dessinateur pour la commission Rondon le 27 août 1910 et finit par devenir responsable en 1912 des travaux photographiques et cinématographiques. Il acquit sa formation lors d’un voyage en France d’où il ramena du matériel et plus de 7000 mètres de pellicules spéciales dites tropicales – capables de résister à l’humidité – produites par les frères Lumières mais introuvable à cette époque au Brésil. Comme le note le chercheur Fernando de Tacca dans son article consacré au cinéaste, Reis « sera le principal cinéaste de la Commission Rondon » à l’origine de la création d’une section cinématographique avec un matériel spécial et novateur « nécessitant de lourds investissements et l’appropriation d’une technologie spécialisée qui était inexistante dans le pays ».[5] Faire du cinéma à cette époque-là et au cœur de l’Amazonie, c’est se lancer dans une aventure originale et audacieuse. Luiz Thomaz Reis avait des connaissances basiques en photographie mais c’est en parfait autodidacte, soucieux d’enregistrer au mieux les événements à venir qu’il embrasse la carrière de cinéaste dans une région où les conditions de tournage sont difficiles. Dans une lettre que Luiz Thomaz Reis a écrite expliquant ses fonctions au sein de la Commission Rondon, nous trouvons un jeune homme dont le désir de prendre en charge la section audiovisuelle de la commission est fort présent dès le départ. Non seulement Thomaz Luiz Reis rapporte tout le matériel nécessaire pour filmer au cœur de l’Amazonie mais il monte en plus un laboratoire où plusieurs assistants sont à sa disposition, ce qui lui permet de développer sur place ses films photographiques et cinématographiques. Les bandes audiovisuelles pouvant enregistrer seulement 10 minutes, après chaque tournage, il développe aussitôt, pouvant ainsi modifier ses prochains plans en fonction du montage déjà établi. Cet avantage technique lui fera anticiper la construction cinématographique de ces films avec l’aboutissement à une scénarisation sophistiquée pour l’époque. Néanmoins, les panneaux insérés entre chaque séquence sont rajoutés en studio à Rio de Janeiro où les films sont envoyés afin d’être finalisés. De plus, par rapport aux autres réalisateurs ou photographes de la mission, Luiz Thomaz Reis a un regard personnel sur les rituels des indigènes. Il ne cherche pas comme ses pairs à affirmer une pensée positiviste d’élévation de l’homme indien à celui d’homme civilisé. Au contraire, il tente de filmer des bouts de vies et des coutumes propres aux indigènes sans chercher à les dénaturer ou les diminuer par une narrative filmique condescendante. Seul bémol, Luiz Thomaz Reis veut filmer les indiens comme « au temps des découvertes » comme l’indique le dernier panneau du film, nous faisant croire qu’aucun contact n’a été précédemment établi alors que nous savons aujourd’hui que des missionnaires étaient depuis longtemps sur place, faisant travailler les indiens dans des usines de cannes à sucre tout en  les convertissant au catholicisme. Ce détail important n’est mentionné à aucun moment dans les films ou les écrits de la Commission Rondon et il a été délibérément occulté dans Rituaes e festas Borôro. »

Joanna Espinosa

__________________________________________________________

  • Intervention de Joanna Espinosa, doctorante de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR 04 sous la direction de Daniel Serceau
  • Lieu : Les réunions du GRHED se tiennent de 17h45 à 20h, dans la salle AVD (133, 1er étg) de l’Institut National d’histoire de l’art (INHA), Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris. Entrée libre
  • Programmation : Johanna Cappi, Sorbonne Nouvelle Paris 3, grhed@hotmail.fr

[1] Cléber Eduardo Miranda Dos Santos, Thomaz Reis: major ou cineasta? Revue online, Cinética, Rio de Janeiro, 2009.

[2] Pierre-Léonce Jordan,  Cadernos de antropologia e imagem, 1995, nº 1.

[3] Cesar Machado Domingues, A Comissão de Linhas Telegráficas do Mato Grosso ao Amazonas e a Integração do Noroeste, Associação Nacional de História 2010, Rio de Janeiro, p.4.

[4] Marc-Henri Piault, Anthropologie et cinéma, Téraèdre, Paris, 2008, p.48.

[5] Fernando de Tacca, Luiz Thomaz Reis: das selvas à metrópole, Jornal online da UNICAMP, nª534, São Paulo, 2012.