Portugal. La révolution, la lutte ouvrière et le cinéma.

Rédacteurs : Mickaël Robert-Gonçalves et Raquel Schefer

« Les films documentaires réalisés pendant la Révolution des œillets au Portugal peuvent être classés en plusieurs catégories : des films qui observent l’événement dans sa globalité pour comprendre le mouvement initié le 25 avril 1974, catégorie à laquelle appartiennent des long-métrages comme Deus Pátria Autoridade (Dieu, Patrie, Autorité, 1975) de Rui Simões ou As Armas e o Povo (Les Armes et le peuple, 1975), film collectif, jusqu’à des films qui se concentrent sur des thématiques plus particulières, caractéristiques du contexte du PREC (processus révolutionnaire en cours), comme les occupations locales, les pratiques culturelles régionales, les conditions de vie des femmes, etc. Dans un article sur le cinéma et la situation du Portugal après le 25 avril[1], Jacques Lemière pointe trois catégories : les films sur le 25 avril (comme le film Caminhos da Liberdade (Les Chemins de la liberté) de Cinequipa), les films sur la séquence révolutionnaire (comme les films de Rui  Simões), et les films sur la réforme agraire (A Lei da Terra (La Loi de la terre) du Grupo Zero, Cooperativa agrícola Torre Bela (Coopérative agricole Torre Bela) de Luís Galvão Teles ou Terra de Pão, Terra de Luta (Terre du pain, terre de lutte) de José Nascimento). Peut-être est-il possible d’ajouter deux autres catégories. La première correspond aux films sur les luttes ouvrières : c’est le cas de São Pedro da Cova de Rui Simões (Virver), de Applied Magnetics et de Contra as multinacionais (Contre les multinationales) de Cinequipa. La seconde regrouperait des films sur des thématiques sociales et réunit, entre autres : Barronhos – Quem Teve Medo do Poder Popular? de Luís Filipe Rocha, Liberdade para José Diogo de Luís Galvão Teles, O Aborto Não é Um Crime de Cinequipa, ou Júlio de Matos… Hospital? de José Carlos Marques. Tout un corpus de films reste donc encore peu connu et inexploré.

La première catégorie ajoutée ci-dessus tient compte d’une production de films assez courts (moins d’une heure, voire plusieurs formats de 20 minutes) qui ont été faits en réaction à des cas de lutte ouvrière au Portugal dans la période révolutionnaire. Le rôle qu’essaie d’embrasser ce cinéma rejoint la pratique nécessaire de la contre-information, révélant notamment les conditions de vie et les problèmes sociaux des travailleurs. Candidinha de António Macedo montre par exemple la fuite de deux patrons d’un atelier de couture de Lisbonne et la lutte entamée en conséquence par les couturières pour organiser une coopérative de production. Greve na Construção Civil de Cinequanon relate les contestations des travailleurs de la construction civile qui s’opposent tant au patronat qu’au Ministère du travail de l’époque.

Beaucoup de ces programmes furent réalisés par la coopérative de cinéastes Cinequipa. Comme l’explique José Nascimento, réalisateur et monteur, un des membres de cette coopérative effective dans les années 1970 :

Nous faisions un travail de recherche, de type anthropologique, pour des programmes hebdomadaires. Les films n’étaient pas si bien préparés mais nous essayions de faire de bonnes choses. Nous choisissions une zone, faisions des recherches et nous restions plus ou moins dix jours pour parler avec les habitants. Nous essayions d’observer les principes de l’exploitation. Cela pourrait s’appeler du documentaire ethnographique. Les autres coopératives faisaient des choses plus urbaines. Après le 25 avril, nous avions deux programmes : un sur la femme, un autre sur les enfants qui était plus pédagogique.[2]

Certains de ces programmes sont visibles à l’ANIM, les archives nationales du film au Portugal (Cinémathèque portugaise) notamment les films sur la condition féminine portugaise dans les années 1970. Les titres permettent d’approcher les préoccupations soulevées par ces documentaires d’intervention sociale : portraits du travail des femmes (Atadeiras de Peniche, Uma família Alentejana, Nascer, viver, morrer) ou thématiques en rapport à l’émancipation des femmes avec notamment un questionnement important sur l’avortement (O Aborto não é um Crime (L’Avortement n’est pas un crime) dont le titre est explicite) qui surgit comme une revendication des femmes après le 25 avril. Ce film soutient ainsi la lutte des femmes, montrant l’expérience d’une clinique populaire où l’avortement était pratiqué clandestinement et où existait également un centre de planning familial. Par ailleurs, il s’agit d’en montrer l’impact sur la classe ouvrière.

Un des films les plus emblématiques sur les conflits entre la classe ouvrière et le patronat est Contra as Multinacionais (Contre les multinationales), réalisé toujours par Cinequipa. Peu visible jusqu’à très récemment, la copie du film étant en mauvais état, le film a été montré lors d’une rétrospective à la Cinémathèque portugaise en avril 2013. Sorti en 1977, le film reprend les images d’un premier film déjà tourné quelques mois auparavant par Cinequipa : Applied Magnetics – O Inicio de uma luta (1975). Applied Magnetics est le nom d’une entreprise nord-américaine installée au Portugal. Durant le PREC, cette entreprise a stoppée son activité refusant alors de payer des indemnités à ses salariés. Fernando Matos Silva, co-fondateur de Cinequipa et réalisateur, explique :

Applied Magnetics donne plus tard un film qui s’appelle Contra as Multinacionais. C’est un film assez important, qui montre pour la première fois le cas d’une entreprise qui ferme et qui cherche à fuir le pays : un jour vient, des camions débarquent et emportent les machines ! Cette première lutte est emblématique parce qu’elle permet de voir ce qui va se passer. Le film montre des  scènes où les jeunes ouvrières sont en train de pleurer parce qu’elles se sentent trahies par leur patron nord-américain qui ne paye plus les salaires… Après cela, il y a eu beaucoup d’autres cas similaires. C’est cela que montre et explique Contra as Multinacionais. C’est un ensemble de luttes que nous suivions. Nous avions la capacité de voir les problèmes sociaux et politiques du pays.[3]

Alors qu’Applied Magnetics est un documentaire d’intervention court et proche du reportage, concentré qu’il est sur un sujet particulier, le « cas Applied Magnetics », Contra as Multinacionais   prend lui une toute autre ampleur par l’apposition d’une voix off très présente et de nouvelles images venant contextualiser ou simplement encadrer les images déjà tournées d’Applied Magnetics. Le film s’ouvre ainsi sur une série de plan d’enseignes de grandes marques d’entreprises multinationales, signifiant par là qu’Applied Magnetics n’est qu’un exemple, illustrant une logique beaucoup plus vaste. L’idée est alors de mettre en perspective comment le capitalisme mondial, représenté ici par une entreprise nord-américaine, réagit face à une révolution nationale. Le glissement s’opère dès les titres des films : le premier, très factuel, reprend le nom de l’entreprise en question, le second ne laisse aucun doute sur l’idée défendue et le propos développé. Il est évident que ce titre provocateur et résolument militant explique pour beaucoup dans la dévalorisation qu’ont subi ce genre de films dans les années suivantes. Pour autant, la recherche d’un regard sur la vie ouvrière de cette période constitue une des rares tentatives de collaboration entre la pratique du cinéma et le peuple.

Contra as multinacionais est également un objet intéressant pour comprendre certains motifs omniprésents dans l’iconographie des films révolutionnaires au Portugal. Quelles images restent dans les esprits, lesquelles constituent la mémoire iconographique d’un événement ? Ces questions sont un des aspects du cinéma militant ; il est impossible de savoir initialement quelles images deviendront des symboles, mais chaque document produit est susceptibles d’être repris, réutilisé, revu, reproduit. Cette réutilisation des images est caractéristique d’un cinéma pratiqué collectivement, avec des échanges de bons procédés entre les différentes coopératives en activité (Cinequipa, Cinequanon, Grupo Zero, Virver, etc.), et surtout une certaine économie de moyen qui rend parfois nécessaire le remploi d’images déjà tournées. Cela est flagrant pour les images du 25 avril 1974 (présence des militaires et des chars dans la ville de Lisbonne, des milliers de personnes dans les rues, des œillets glissés dans les canons des fusils des militaires, etc.) reprises à la télévision et dans des dizaines de films. Un autre cas symbolique est lié aux images des ouvrières renvoyées d’Applied Magnetics – le visage exténué d’une jeune femme en pleurs, agitée, repoussant les caresses d’une autre collègue, a fini par constituer un symbole de la dureté du système capitaliste au sein de cette cinématographie révolutionnaire. En effet, ces images enregistrées à l’origine par Cinequipa pour Applied Magnetics, ont été utilisées également dans les films de Rui Simões, Deus, Patria, Autoridade puis plus tard dans Bom Povo Português (Bon peuple portugais, 1980). La circulation des images favorise alors une altération de leur sens et de leur force – d’un cas particulier à un modèle exemplaire – et contribue à introduire celles-ci dans une histoire visuelle du mouvement révolutionnaire ou, de manière plus générale, dans l’étude du capitalisme et de ses impacts sur les sociétés. »

Mickaël Robert-Gonçalves

_________________________________________________________________

Cette séance spéciale du GRHED s’est tenue en partenariat avec le colloque international « Révolution et cinéma, l’exemple portugais » (10-12 mars, INHA et Fondation Gulbenkian, Paris)

Programme_Revolution_et_cinema_2014

 » À l’occasion du quarantième anniversaire de la révolution des oeillets, le colloque international « Révolution et cinéma : l’exemple portugais » envisage de revenir sur la représentation cinématographique de cet événement politique, de 1974 jusqu’à aujourd’hui. Pour Paul Ricoeur, « repenser doit être une forme d’annuler la distance temporelle ». Repenser la révolution ce serait alors la rendre présente, vivante, rapprochant le présent et le passé, interrogeant aussi les effets du passage du temps sur les images, les récits et le cinéma lui-même, comme dispositif historique.

Au moment d’une crise économique et politique profonde au Portugal qui met en cause les fondements mêmes de la démocratie d’Avril, travailler cet héritage, c’est peut-être faire du présent la force inaugurale d’une autre histoire à venir.

Prenant le cinéma de la révolution comme un point nodal et un tournant historique majeur, quels liens, autres que référentiels et chronologiques, unissent le cinéma portugais d’avant la révolution et celui d’après la révolution ? Autrement dit, comment cette idée de « révolution » traverse, irrigue, éclaire le cinéma portugais ? « 

Raquel Schefer & Mickaël Robert-Gonçalves


[1] Lemière, Jacques. « Le cinéma et la question du Portugal après le 25 avril 1974 ». Matériaux pour l’histoire de notre temps. n°80, p. 48-60, 2005.

[2] Extrait d’un entretien avec José Nascimento réalisé à Lisbonne en février 2011. Nous traduisons du portugais.

[3] Extrait d’un entretien avec Fernando Matos Silva réalisé en février 2011. Nous traduisons du portugais.