Le festival Jean Rouch, trente ans de cinéma anthropologique

Séance du 27 octobre

Copyright festival international du cinéma ethnographique Jean Rouch 2014

Organisé par le Comité du film ethnographique et le CNRS Images, le bilan du film ethnographique, rebaptisé Festival Jean Rouch en 2008, offre depuis plus de 30 ans un panorama du documentaire anthropologique.

 

Cette séance se propose, à partir d’une présentation historique du festival, d’interroger les mutations de l’anthropologie visuelle en France et dans le monde, de mettre en lumière ses courants essentiels, ses recherches et ses ruptures, à l’occasion, entre autre, de l’émergence des technologies vidéo et numériques.

En présentant des extraits de films sélectionnés dans le corpus du festival, nous ferons état des transformations techniques et esthétiques qui ont traversées ce type de documentaire. Nous questionnerons aussi les relations entre anthropologie visuelle, cinéma et vidéo documentaire, et soulignerons la diversité des approches et des usages de l’image comme instrument de recherche et d’exploration en sciences sociales.

Plus largement, il s’agira de poser les jalons d’une réflexion sur les tendances actuelles de l’anthropologie visuelle. Seront aussi abordées des questions relatives à la spécificité de l’approche anthropologique, des sujets qu’elle traite et des méthodes qu’elle emploie.

Nous montrerons comment fonctionne le festival Jean Rouch et soulignerons sa singularité dans le paysage des festivals de films documentaires, afin de voir en quoi il offre un lieu de diffusion pour des regards singuliers sur des réalités sociales et culturelles. Les questions et thématiques abordées au cours de cette séance seront les suivantes  :

– Histoire de l’anthropologie visuelle
  – Histoire du festival Jean Rouch
  – Mutations des esthétiques et des techniques du documentaire au cours des 30 dernières années
  – La question du point de vue
  – La mise en forme du réel  
- L’implication du filmant dans l’espace filmé  
- Le passage à la vidéo et ses implications sur l’enquête ethnographique

Le dialogue entre les différents membres présents du Comité du festival Jean Rouch se fera à partir des projections du corpus (extraits) suivant :

Une femme parmi les femmes, de David et Judith MacDougall (1982, Kenya)

Théoricien du cinéma et de l’anthropologie visuelle, diplômé de Harvard, David MacDougall réalise To Live With Herds, son premier long métrage, en Ouganda, et remporte le Grand Prix Venezia Genti au festival du film de Venise en 1972. Les années suivantes, il produit avec sa femme Judith MacDougall la trilogie Turkana consacrée à la vie des bergers de chameaux semi-nomades au nord ouest du Kenya : The Wedding Camels (1977), Lorang’s Way (1979), A wife amond wife (1981). Suivront de nombreuses réalisations documentaires régulièrement primées, par exemple le film expérimental SchoolScapes (1987), portrait d’un pensionnat progressiste du sud de l’Inde ; Photos Wallahs (1991, 60’) une histoire du développement de la pratique photographique, depuis le XIXe siècle, dans une ville située aux portes de l’Himalaya ; Tempus de Barista (1993), un portrait de gardiens de chèvres dans les montagnes de Sardaigne ; la série de cinq films Doon School Chronicles (2000-2004), et Gandhi’s Children (2008), portrait d’un centre d’accueil pour les enfants sans abris de New Delhi.

Une femme parmi les femmes (1982), le troisième volet de la trilogie Turkana Conversations, long métrage de 70 minutes tourné au début des années 1980, interroge la vision des femmes Turkanas sur elles-mêmes : leur rôle, leur quotidien et leur statut au sein de la communauté pastorale hiérarchisée. Les femmes nomades témoignent d’un système de valeurs collectives, rythmé par la saison des récoltes. Elles confient leurs réflexions sur le mariage, l’importance de la dot, le travail aux champs, les enfants, la polygamie…

David MacDougall est l’auteur de Transcultural Cinema (Princeton University Press, 1998) et de The Corporeal Image : Film, Ethnography, and the Senses (Princeton, 2006).

 

 

La Boucane, de Jean Gaumy (1984, France)

Photographe membre de l’Agence Magnum, Jean Gaumy (1948) réalisa dès le milieu des années 1970 de nombreux reportages photographiques consacrés à l’Afrique, aux gens de la mer et au milieu carcéral. La Boucane (1984), court-métrage en couleurs de 35 minutes, est sa première œuvre filmique documentaire réalisée en caméra portée épaule. Sur le principe du regard ethnographique, attentif au labeur des gestes et à chaque visage, Jean Gaumy livre un portrait sensible des femmes de la conserverie de poisson de Fécamp en Haute-Normandie. Attelées à fumer le hareng, les discussions enthousiastes des ouvrières entre-elles rompent avec la gestuelle répétitive et la monotonie sombre du lieu.

Le père, le fils et le Saint Torum de Mark Soosaar (1997, Russie)

Mark Soosaar (1946) est un homme politique et réalisateur diplômé du Moscow Film Institute en 1972. Il travaille comme réalisateur pour la télévision estonienne de 1970 à 1978 et pour les Tallinnfilm Studios de 1978 à 1991. Puis, choisissant le statut de documentariste freelance, il enseigne la pratique filmique à l’université de Berkley (1989), à l’université du Montana (1991) et à l’université culturelle de Ulaanbaatar (2000 à 2002). Plus de 50 de ses films documentaires, régulièrement récompensés, sont consacrés à l’ethnographie, au folklore, aux arts et 8 de ceux-ci appartiennent à la collection du Musée d’Art Moderne de New York. Il est le fondateur du Musée de l’Art Nouveau à Pärnu et en 1987, du Festival International du Film documentaire et de l’anthropologie, organisé par la Société nationale pour l’anthropologie visuelle de Pärnu.

Le père, le fils et le Saint Torum (1997, 89’) confronte deux univers de la Sibérie contemporaine, à partir des portraits d’un père et de son fils, issus de la tribut des Khantys, l’un chamane et l’autre, homme d’affaires pour une compagnie pétrolière russe. La figure du père incarne la résistance des Khantys sur les terres ancestrales, pillées par la société de consommation.

Le Départ, de Damien de Pierpont (1998, Japon)

Au Japon, on dit aux enfants que les morts deviennent des étoiles. En 1987, l’année de ses dix-sept ans, Damien de Pierpont vit douze mois à Tokyo, au sein d’une famille japonaise qu’il considère toujours comme ses parents d’adoption. À la mort d’Otosan, le père, le jeune européen décide d’accompagner en images le travail rituel du deuil, à partir des portraits d’Okosan (la mère) et de lui-même. Il filme leurs sorties culturelles, le goût qu’ils partagent chacun pour le cinéma. En enregistrant la vie et ses ombres à l’écran, le jeune Belge immortalise les liens affectifs et le dispositif cinématographique devient une catharsis du deuil.

Indo Pino, de Martine Journet et Gérard Nougarol (2002, Indonésie)

La communauté nomade des Wana Wewaju vit en Indonésie, à l’est de l’île de Célèbes, dans les forêts équatoriales des Monts Tokkala. Indo Pino, victime d’une maladie grave, est une des chamanes Taw-Waliya. Sur la demande de ses parents Wana, les réalisateurs filment les ancestraux soins rituels jusqu’à la guérison. Le portrait d’Indo Pino témoigne des « peuples-mémoire » et de leur perception de la médecine occidentale.

Une Famille du Kalahari, de John Marshall et Claire Ritchie (2003, Namibie, 86′)

Une famille du Kalahari est une série de 6 heures consacrée à la vie des Ju’hoansi sur 50 années. Ces films retracent la transformation du mode de vie traditionnel du peuple autochtone du désert de Kalahari jusqu’à la modernité, et témoignent de leur lutte politique pour conserver une partie de leurs terres ancestrales. Les efforts de John Marshall et des fermiers ju’hoansi, afin de trouver des subventions pour financer leurs fermes, se heurtent aux préjugés qui réduisent les Bochimans à des chasseurs isolés, incapables de s’adapter à une nouvelle économie et à survivre sans aide.

_________________________

Ce séminaire du GRHED a été conçu en partenariat avec Barberine Feinberg et Laurent Pellé du Festival International du cinéma ethnographique Jean Rouch. Ils dialogueront avec Michel Tabet, anthropologue et cinéaste (Laboratoire d’Anthropologie Sociale, Comité du film ethnographique) sur l’histoire du Festival dans sa relation aux différents courants du film documentaire et de l’anthropologie visuelle.

  • La séance se tiendra de 18h à 20h en salle AVD 133 – Galerie Colbert, Institut National d’histoire de l’art (Inha) – Paris 02
  • Le GRHED est organisé avec le soutien de l’Équipe d’accueil EA4100 – Histoire Culturelle et Sociale de l’art (HiCSA) et le Centre d’étude et de recherche en histoire et esthétique du cinéma (CERHEC) Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
  • Programmation : Johanna Cappi & Michel Tabet

Contact : grhed@hotmail.fr



Une réflexion au sujet de « Le festival Jean Rouch, trente ans de cinéma anthropologique »

  1. Ping : Le festival Jean Rouch, trente ans de cinéma anthropologique | Philippe Cote

Les commentaires sont fermés.