The Laughing Alligator (1979) de Juan Downey. Retourner le regard, devenir-autre.

Séance du 29 juin à la BnF

Rédactrice : Raquel Schefer

laughing-alligator -  Juan Downey copyrightLe cinéaste chilien Juan Downey (1940-1993), basé à New York depuis 1960, se spécialise dans le documentaire anthropologique avant de passer à l’art vidéo. Entre 1976 et 1977, il tourne The Laughing Alligator (Le jacaré qui rit) avec — notons la préposition, employée dans le générique du film — les Indiens Yanomami de la forêt amazonienne du Venezuela. Les Yanomami, qui appellent les Blancs « le peuple de la marchandise », pratiquent ce que Downey définit comme une « forme limite d’architecture funéraire » : la préparation culinaire et l’ingestion rituelle des cendres de leurs morts. The Laughing Alligator établit des correspondances entre cette pratique endo-cannibale, la recherche anthropologique et la représentation cinématographique, construisant un horizon d’altérité. Renversant les frontières entre l’objectif et le subjectif structurantes du documentaire et de la science, cet horizon d’altérité permet de surpasser la dualité civilisation-barbarie, tout comme les hiérarchies des systèmes de représentation de l’anthropologie et du cinéma.

1981-THE-LOOKING-GLASS copyright Juan Downey L’anthropologie inversée — plutôt qu’« anthropologie dialogique » —  conduit dans ce film à une auto-observation, ce qui est inséparable d’une réflexion sur la médiation du dispositif vidéo dans les processus de représentation et de connaissance et, tout particulièrement, sur l’hypothèse d’un agencement machinique des perceptions et perspectives. D’un point de vue formel ainsi que d’un point de vue épistémique, The Laughing Alligator se situe à l’intersection de l’histoire du cinéma expérimental et du modus operandi de l’anthropologie visuelle. La caméra devient une arme, une arme dont la mire est dirigée sur le réalisateur et son noyau familial, les « marchands », ainsi que sur les paradigmes de l’anthropologie. S’exposer au regard de l’autre équivaut ici à l’acte de retourner le regard sur soi-même. Inversé le « mimétisme colonial », le devenir-autre ne peut avoir lieu qu’à travers un dispositif de miroir. La démarche anthropologique est singulièrement liée à une impulsion autoportraitiste. Comme le note Raymond Bellour à propos de The Looking Glass (Le verre à regarder, 1981), un autre film de Downey, « le regard fasciné reculait en lui-même pour traduire l’impossibilité de voir, et de se voir. »

À partir de ces considérations, nous allons examiner comment l’acte de retourner le regard permet d’interroger les systèmes de référence de l’anthropologie et de redéfinir l’économie de signes du documentaire anthropologique, avec d’importantes conséquences aux niveaux épistémique et représentatif, et mettant en évidence une fonction épistémo-idéologique du cinéma.

▪ La séance du GRHED se tiendra le 29 juin 2015 de 18h à 20h en salle A (audiovisuel Haut-de-jardin) de la Bibliothèque nationale de France. Intervention de Raquel Schefer (Sorbonne Nouvelle Paris 3 – GRHED). 

Entrée libre.

▪  Les séances du GRHED sont organisées avec le soutien de l’Équipe d’accueil EA4100 – Histoire Culturelle et Sociale de l’art (HiCSA), le Centre d’étude et de recherche en histoire et esthétique du cinéma (CERHEC) Paris 1 Panthéon-Sorbonne et en collaboration avec Alain Carou (BnF Département audiovisuel) et sa collaboratrice Brigitte Loret (BnF Département audiovisuel)

Contact : grhed@hotmail.fr

Annonce sur le site de la Bibliothèque nationale de France


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *