Révolution et cinéma : l’exemple portugais. Appel à communications.

Colloque international
INHA, Paris, 10 et 11 mars 2014
Fondation Gulbenkian, Paris, 12 mars 2014

APPEL À COMMUNICATIONS

Révolution et cinéma : l’exemple portugais

« Il y a longtemps que l’Histoire (narrative mythique de l’Humanité sur soi-même) n’est plus son miroir vraisemblable. » Eduardo Lourenço

« Retourner »

À l’occasion du quarantième anniversaire de la révolution des œillets, trois jours d’un colloque international sont proposés autour de la représentation cinématographique de cet événement politique, de 1974 jusqu’à aujourd’hui. Il s’agit tout d’abord de revenir sur le mot « révolution », pris au sens premier et étymologique de « retourner ».

Retourner vers le passé, à une mémoire revisitée, à l’image du film 48 de Susana de Sousa Dias, retour sur la torture durant les quarante-huit ans de dictature salazariste à travers les photographies anthropométriques de la PIDE (Police international de défense de l’État, la police politique sous le régime de Salazar), véritable organe de répression du régime, et les témoignages des prisonniers, voix sorties de l’ombre lumineuse de ces archives douloureuses, voix hésitantes du présent qui n’oublie pas. Lire la suite

Regard

Rédactrice : Johanna Cappi

Depuis sa création en mars 2010, le GRHED – Groupe de Recherches en histoire et Esthétique du cinéma Documentaire – propose un parcours et une analyse historique du cinéma du réel comme lutte, et tente ainsi de cerner la notion d’engagement dans le champ complexe du documentaire. Le réel offre un champ infini d’observation, d’interrogation, d’analyse et d’interprétation qui, depuis les premiers temps, anime de nombreux réalisateurs. Loin de réduire le cinéma documentaire à une catégorie définie et unique, nous l’avons envisagé dans tous ses possibles transversaux (fiction documentaire, fiction ou vidéo documentée par l’emploi d’archives etc.) Le GRHED est animé par la volonté d’observer et d’étudier ces images comme matériau dynamique d’un document engagé dans l’Histoire.

Notre groupe de recherches valorise le documentaire engagé, consacré comme un cinéma d’ouverture, qui mêle, entremêle, démêle, avec application et méthode, avec pudeur ou colère, par le cri ou la confidence, les différents points de vue, les affirmations, les interrogations, les doutes. Au-delà de tout clivage, nous l’envisageons comme une pratique cinématographique qui construit (dans l’idéal) des passerelles entre nos acquis. Le documentaire oppose pour relier, affirme pour provoquer, il tend à assumer son rôle de passeur d’images et d’idées dans une résistance matérialisée au réel : le film. Le cinéma documentaire permet un rapport à la réalité immédiate et concrète avec le spectateur, lequel se trouve projeté dans le réel en même temps qu’on lui projette des images. Le documentaire choisit de nous laisser dans le réel, même si ce réel est exposé à travers le prisme du regard du réalisateur d’où émane une autre réalité (la sienne) à partir d’un réel déterminé puis recomposé. Lire la suite