« Mokoi Tekoá Petei Jeguatá », une réappropriation identitaire, historique et filmique par les indiens Guarani Mbya (2008)

Séance du 27 avril

Rédactrice : Joanna Espinosa

Entre survivance et résilience, réappropriation de l’histoire des Indiens Guarani Mbya dans « Mokoi Tekoá Petei Jeguatá » (Deux villages, un chemin), un film d’Ariel Duarte Ortega, Jorge Ramos Morinico et Germano Beñites [2008 / 63min. / Couleur.]

Tournage de Mokoi Tekoá Petei Jeguatá (Deux villages, un chemin)

copyright Video Nas Aldeias

La production de films réalisés par les peuples autochtones est un phénomène relativement récent dans l’histoire du cinéma. Durant pratiquement tout le XXe siècle, leur prédominance s’est davantage illustrée dans des documentaires à visée anthropologique – où les Indiens sont souvent sujets – et quelques rares fictions, quand ce sont bien eux qui interprètent leur propre rôle. L’idée n’est pas nouvelle, avec l’intérêt des peuples indigènes à l’égard de ces outils d’enregistrement, plusieurs photographes ou cinéastes ont donné l’opportunité à des Indiens de réaliser leurs propres images, sans que le but ne soit réellement de leur apprendre avec une véritable architectonique. Le processus qui donne la totale liberté aux Indiens de se filmer est long, pour cela il faudra attendre la fin du XXe siècle et le début du XXIe siècle, pour avoir les premiers documentaires encourageants. Lire la suite

Filmer aux frontières : anamnèse coréenne. Rencontre avec Lyang Kim.

Rédactrice : Johanna Cappi

Séance du 23 février, en présence de la cinéaste.

Tournage de Dream House by the border, 2012

Tournage de Dream House by the border, Copyright Lyang Kim – 2012

En Corée du Sud, si la fin de la dictature de Park Chun Hee et l’instauration de la Cinquième République (1979-1987) permettent une transition vers la démocratie (1987-1993) et subséquemment frayent une voie nouvelle à l’art, les premiers pas malhabiles de l’expression cinématographique demeurent encore longtemps filtrés par la tutelle de l’État. Lorsque Lyang Kim se remémore son adolescence[1], elle souligne que l’émergence des films européens en Corée du Sud se déroule lentement dès les années 1981­-1987 et que les œuvres de grands réalisateurs — tels que Jean-Luc Godard ou même Francis Ford Coppola — encore considérées comme politiquement subversives, demeurent interdites de diffusion sur le territoire. Ainsi, Apocalypse Now (1979) sort en salle coréenne seulement en 1987. En effet, l’année précédant les Jeux Olympiques de Séoul (1988) esquisse officiellement un tournant et un geste d’ouverture culturel de la part du gouvernement de la Corée du Sud. Pourtant, confie et déplore la cinéaste, aujourd’hui l’industrie cinématographique sud-coréenne et les programmations de l’ensemble des salles de cinéma du pays sont régulées par le marché du libéralisme économique où les blockbusters dominent. Les projections de films d’auteurs se font toujours rares et demeurent trop peu de temps à l’affiche des petites salles[2]. Lire la suite

Filmer les rituels.

Rédacteur : Michel Tabet

Séance du 5 janvier

Les larmes de Husayn - Michel Tabet, 2006

Les larmes de Husayn – copyright Michel Tabet, 2006 

Cette intervention proposera une réflexion sur l’anthropologie visuelle des rituels religieux et des performances. Elle s’appuie sur des travaux filmiques effectués depuis une dizaine d’années au Liban et, plus récemment, en Algérie. Ces expériences m’ont permis d’élaborer différents dispositifs de réalisation et d’évoluer dans ma pratique du film d’observation. Je retracerai ce cheminement en montrant comment ma pratique de l’ethnographie filmique des rituels m’a conduit à passer d’une conception réaliste de l’image en sciences sociales à une conception modale.

Je prendrai pour point de départ la théorie considérant l’image ethnographique comme une prothèse du regard, c’est-à-dire à dire comme un moyen de pallier aux limites de l’observation directe. Dans cette acception, la caméra enregistre ce qui se déroule devant en restituant une forme plus ou moins fidèle. L’image apparaît ainsi comme un instrument de description relativement efficace d’une action rituelle qui déborderait, par son effervescence, les capacités de l’observation directe.

Lire la suite

Que farei eu com esta espada? de João César Monteiro (1975) Triturer, digérer et chier la réalité

Rédactrice Raquel Schefer

 » En 1974, dans les pages de la revue Cinéfilo (Cinéphile), João César Monteiro défendait la nécessité d’aiguiser, le plus tôt possible, la dent cinématographique pour permettre au cinéma d’être en mesure de triturer, digérer et chier la réalité[1]. Que farei eu com esta espada?[2], de la même année, réalisé en plein PREC (Processus Révolutionnaire en Cours[3]) à la suite du 25 avril 1974, dont le titre vient d’un vers du poème O Conde D. Henrique, de Mensagem[4] de Fernando Pessoa, signale un passage à la fiction — ou une dérive fictionnelle — du cinéma de la Révolution des Œillets, permettant de deviner les traits formels de l’œuvre à venir de Monteiro. Lire la suite

Portugal. La révolution, la lutte ouvrière et le cinéma.

Rédacteurs : Mickaël Robert-Gonçalves et Raquel Schefer

« Les films documentaires réalisés pendant la Révolution des œillets au Portugal peuvent être classés en plusieurs catégories : des films qui observent l’événement dans sa globalité pour comprendre le mouvement initié le 25 avril 1974, catégorie à laquelle appartiennent des long-métrages comme Deus Pátria Autoridade (Dieu, Patrie, Autorité, 1975) de Rui Simões ou As Armas e o Povo (Les Armes et le peuple, 1975), film collectif, jusqu’à des films qui se concentrent sur des thématiques plus particulières, caractéristiques du contexte du PREC (processus révolutionnaire en cours), comme les occupations locales, les pratiques culturelles régionales, les conditions de vie des femmes, etc. Dans un article sur le cinéma et la situation du Portugal après le 25 avril[1], Jacques Lemière pointe trois catégories : les films sur le 25 avril (comme le film Caminhos da Liberdade (Les Chemins de la liberté) de Cinequipa), les films sur la séquence révolutionnaire (comme les films de Rui  Simões), et les films sur la réforme agraire (A Lei da Terra (La Loi de la terre) du Grupo Zero, Cooperativa agrícola Torre Bela (Coopérative agricole Torre Bela) de Luís Galvão Teles ou Terra de Pão, Terra de Luta (Terre du pain, terre de lutte) de José Nascimento). Peut-être est-il possible d’ajouter deux autres catégories. La première correspond aux films sur les luttes ouvrières : c’est le cas de São Pedro da Cova de Rui Simões (Virver), de Applied Magnetics et de Contra as multinacionais (Contre les multinationales) de Cinequipa. La seconde regrouperait des films sur des thématiques sociales et réunit, entre autres : Barronhos – Quem Teve Medo do Poder Popular? de Luís Filipe Rocha, Liberdade para José Diogo de Luís Galvão Teles, O Aborto Não é Um Crime de Cinequipa, ou Júlio de Matos… Hospital? de José Carlos Marques. Tout un corpus de films reste donc encore peu connu et inexploré. Lire la suite

Le ciné-train de Medvedkine ou le miroir magique

Ce texte est une reprise de la communication de Massimo Olivero, université Sorbonne Nouvelle Paris 3, lors de la séance au GRHED du 12 décembre 2011

Rédacteur : Massimo Olivero

« Le cinéaste Alexandre Medvedkine et son équipe de travail réalisèrent au début des années Trente, pendant le premier plan quinquennal de l’Union Soviétique, une série de films dans le cadre d’un projet cinématographique très ambitieux, le ciné-train. Ce projet, directement financé par le parti communiste et par le ministère de l’industrie, était donc au service de l’État et recevait des ordres par le service de la propagande du Parti. La première année du ciné-train, sous la direction de Medvedkine, a commencé le 25 janvier 1932 pour s’achever 300 jours plus tard, après six voyages et 70 films tournés, pour un total de 91 bobines et 24.000 mètres impressionnés. Les films étaient tirés en 3 ou 5 copies, les activistes les diffusaient et le ciné-train les utilisait aussi au cours d’autres voyages. Les 32 membres du groupe complétaient tout le cycle de production du film grâce au studio cinématographique installé dans le train. La tâche finale, la « plus grande préoccupation » [1] du ciné-train était de filmer et de montrer immédiatement, en prise directe, la vie du peuple au peuple. Son objectif était d’intervenir sur la réalité et de la modifier, pour moderniser les conditions de travail, augmenter la productivité et améliorer la qualité des produits, et cela, grâce au pouvoir des images cinématographiques.

Lire la suite