Cinéma catalan contemporain

Séance du 29 novembre 2011

Intervention de Brice Castanon, docteur en études hispaniques. Université de Reims Champagne-Ardenne, ATER Paris 13

Engagements et émancipations dans le cinéma documentaire catalan contemporain. Le cinéma documentaire espagnol a connu, depuis la fin des années 1990, un essor important. Une formation universitaire, le Master en Documentaire de création (MDC) de l’Université Pompeu Fabra, a été à l’initiative de ce renouveau en étant à la fois un centre de formation et le lieu où se développent des films réalisés par Jean-Louis Comolli, José Luis Guerin et Joaquín Jordà puis par Isaki Lacuesta, Mercedes Álvarez, Ricardo Íscar, Marc Recha, Ariadna Pujol, Xavier Montanyà, Lupe Pérez, Laia Manresa, Sergi Dies et Óscar Pérez. Dans le cadre de ce séminaire consacré au « cinéma documentaire de lutte », il s’agira de voir de quelles façons l’initiative du MDC a permis la revendication du documentaire comme une forme d’engagements et d’émancipations. Pour ce faire, après un rapide aperçu des enjeux du documentaire en Espagne, nous verrons ce que le MDC vient modifier dans l’ensemble du cinéma espagnol. Enfin, nous nous intéresserons plus particulièrement à certains films que Ricardo Íscar, Mercedes Álvarez, Joaquín Jordà et Isaki Lacuesta ont développés au sein de l’Université Pompeu Fabra. Plusieurs extraits de films seront, pour l’occasion, présentés. Lire la suite

Regard sur la Turquie, 1980-2010

Séance du 14 novembre 2011

Rédacteur : Yekhan Pinarligil

Turquie, 1980-2010 : Histoire et transmission de mémoire par la vidéaste Canan. En Turquie, l’armée s’est emparée du pouvoir le 12 septembre 1980 après une longue période de tensions et de violences entre la gauche révolutionnaire et la droite ultra nationaliste, avant d’instaurer un régime militaire autoritaire pendant trois ans. Dans L’Arbre waq waq, la vidéaste Canan revient en 2010 sur ce coup d’état des années 1980, tout en le mettant en relation avec un autre événement historique, elle réfléchit sur la transmission de la mémoire sociale aux générations futures.

Les artistes qui connurent et subirent les conséquences du coup d’État de 1980, enfants ou adolescents lors de la période qui le suivit, portent un regard extrêmement critique sur le kémalisme, le militarisme, l’identité nationale, la domination hétéro-patriarcale et la religion, ces piliers de la nouvelle société « turque », mais au-delà de cette tension, ils tentent artistiquement de créer de nouvelles possibilités d’envisager et de penser cette même société. Dès la fin des années 1990, pendant une période de liberté qui s’étale quasiment sur deux décennies, les artistes travaillent avec une certaine indépendance vis-à-vis des institutions nationales. D’une part, ils bénéficient de petites structures autonomes et des dialogues internationaux établis grâce à la Biennale d’Istanbul, d’autre part, le marché de l’art contemporain tardant à investir cette nouvelle scène de la Turquie, ils travaillent sans se soucier de l’esthétique normalisée par la marchandisation de l’art. Lire la suite