Le ciné-train de Medvedkine ou le miroir magique

Séance du 12 décembre

Intervention de Massimo Olivero, doctorant en études cinématographiques – Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

 

Cette séance présentera certains des films réalisés par Alexandre Ivanovitch Medvedkine (1900-1989) et son équipe de travail dans le projet du ciné-train au début des années 1930 en Russie. Pendant le premier plan quinquennal de l’Union Soviétique, un studio cinématographique, intégré à ce fameux train, permettait de développer les images tournées par Medvedkine et ses collaborateurs, lors d’expéditions dans de nombreux pays soviétiques. L’objectif du projet était de filmer la « réalité soviétique » puis de la montrer immédiatement au peuple. Pendant leurs nombreux voyages, de 1932 jusqu’en 1935, le ciné-train réalisa plusieurs court-métrages de propagande qui proposaient d’influencer directement la vie productive de la société. La grande différence entre les films du ciné-train de Medvekine et le cinéma de propagande traditionnel de l’époque réside dans son caractère local et non national. Les films de Medvedkine étaient étroitement ancrés au lieu dans lequel ils étaient produits. Ces derniers décrivent l’effort productif et les difficultés des ouvriers, des mineurs et des paysans dans les nouveaux kolkhozes ou dans la réalisation de grandes constructions, comme les digues et les centrales électriques. Ces films donnent un point de vue critique sur cette réalité contextualisée et, par ce moyen, souhaitaient intervenir directement sur la communauté, en particulier sur sa productivité. En effet, la fonction première recherchée dans la réalisation de ces films fut de générer un débat, une critique idéalement constructive et dialectique sur les conditions de vie de la communauté. Souvent, ces films furent générateurs et déclencheurs de tensions, latentes, entre les membres qui débattaient des problèmes soulevés par les films après leur projection et surtout tentaient d’y trouver une solution « rapide ». Ce travail collectif est riche d’une véritable collaboration et participation active des habitants, à la fois dans les rôles d’acteurs, de spectateurs et d’interprètes. Emma Widdis fait allusion à un effet de « miroir magique » que produisait le ciné-train dans sa tentative de représenter fidèlement la réalité, puis de la changer et de transformer la communauté en citoyens soviétiques. Lire la suite