"Come Back, Africa", l’apartheid filmé par Lionel Rogosin

 

Séance du 11 juin

Rédactrice : Alice LEROY

Tourné clandestinement en Afrique du Sud en 1958, Come Back, Africa, docu-fiction avant l’heure, est l’un des premiers films[1] à dénoncer la politique ségrégationniste de l’État Sud-africain. Venu des Etats-Unis, Lionel Rogosin est à cette époque l’auteur d’un premier long-métrage qui a puissamment marqué la critique en 1956 : On the Bowery, peinture de la déshérence sociale du Bowery, cette artère new yorkaise où titubent, ivres et hagards à l’ombre du métro aérien, ceux que la croissance américaine a oubliés sur le bas-côté de sa route glorieuse. Rogosin, qui revendique la double influence de Flaherty pour ses méthodes de tournage, et du néo-réalisme italien pour son esthétique, trouve dans ces rues et leurs habitants une école de cinéma. Abolissant la frontière entre documentaire et fiction, On the Bowery réunit un casting d’acteurs non professionnels, trouvés, pour la plupart, dans les bouges environnants. Le scénario y est aussi liminaire qu’accessoire, et laisse aux acteurs toute marge d’improvisation pour interpréter des personnages qu’ils sont aussi bien à la ville qu’à l’écran. Une écriture et une méthode de tournage qu’il reprendra pour son deuxième film à Johannesburg. Lire la suite