Mémoire militante en Argentine : Los Rubios (2003) d’Albertina Carri

Séance du 22 octobre.

« Los Rubios (2003), de la réalisatrice argentine Albertina Carri, est un film sur l’irreprésentabilité de la mémoire historique. Ces blonds, rubios, sont le sociologue Roberto Carri et Ana María Caruso, les parents de la réalisatrice, anciens membres de l’organisation politico-militaire révolutionnaire Montoneros[1] et disparus en 1977 sous la dictature argentine, quand Albertina Carri avait quatre ans. Dans ce documentaire fictif, la comédienne Analya Couceiro interprète le rôle d’Albertina Carri, tandis que la réalisatrice joue son propre personnage de metteur en scène. Le système narratif autoréflexif et de mise en abîme permanente du film, notamment l’adoption du dédoublement polyphonique en tant que dispositif énonciatif, bouleverse les catégories de sujet représenté et de sujet de la représentation, et souligne l’hiatus existant entre l’un et l’autre, ainsi que le désajustement fondamental entre les processus de la mémoire et le récit de l’histoire. Lire la suite

Bahia, cinéma en trois court-métrages

Séance du 11 octobre

« Les trois court-métrages présentés dans cette séance dédiée au cinéma de Bahia, Vadiação, Um dia na Rampa e o Pátio, portent en eux les traces de la culture locale, sa musique, ses rites, ses corps, sa danse et sa poésie. Toutefois, ces films par leur histoire et les rencontres nécessaires à leur réalisation, par leurs recherches formelles et esthétiques, par leur sujet enfin, dépassent cet espace régional connu pour son syncrétisme, où se révèlent le passé et le futur du cinéma brésilien : nous retrouvons là leur puissante actualité. Lire la suite