L’engagement documentaire d’Ugo Ulive : Uruguay et Venezuela des années 1960

Séance du 17 décembre

« Né à Montevideo (Uruguay) en 1933, Ugo Ulive est l’auteur d’un petit nombre de documentaires marquants. Dès 1960, son film Como el Uruguay no hay surgit tel un vigoureux pamphlet, un défi lancé à la nation uruguayenne. Celle-ci est dépeinte comme une nation bloquée, une démocratie devenue routinière, fermée à tout changement social. Avec une ironie constante et un ton résolument sarcastique, Ulive se moque de l’image traditionnelle de l’Uruguay, de son côté « Suisse de l’Amérique latine ». Par la suite, Ugo Ulive réside pendant plusieurs années à Cuba, où il dirige le Théâtre National et enseigne la mise en scène dans une école nouvellement créée. Durant son séjour cubain, il réalise un long-métrage, Chronique cubaine (Crónica cubana, 1963) et se lie d’amitié avec le célèbre cinéaste Tomás Gutiérrez Alea. Ainsi, Ugo Ulive participe à une adaptation d’un roman d’Ilf et Petrov (Les douze chaises, Las doce sillas, Tomás Gutiérrez Alea, 1963), où il fait une petite apparition. Ensuite, l’Uruguayen retourne dans son pays d’origine, tourne Elections (Eleciones) avec Mario Handler en 1967, qui suit deux candidats en campagne électorale, avant d’aller s’installer au Venezuela, pays où il réside encore aujourd’hui et dont il a acquis la nationalité. Lire la suite