Héroïne et culture underground à Barcelone : "Morir de dia" (2010) de Laia Manresa et Sergi Dies

Séance du 7 février

Contre-culture et militantisme des années 1970 à nos jours à Barcelone.

« Joaquín Jordà (1935-2006) apparait aujourd’hui comme l’une des principales figures du documentaire en Catalogne. Membre éminent de l’Ecole de Barcelone, dont il rédige un manifeste en avril 1967[1], il est l’auteur de cinq films militants produits par le Parti Communiste Italien : Portogallo, paese tranquillo (1969), Il perché del dissenso (1969), I tupamaros ci parlano (1969), Lenin vivo (1970) et Spezziamo le catene (1971). Rarement diffusées au-delà des projections en festival et de quelques réseaux proches du PCI, ces courts-métrages témoignent de l’engagement politique du cinéaste : la critique du colonialisme portugais, le portrait de prêtres italiens et espagnols communistes, celui, très expérimental, du mouvement d’extrême-gauche clandestin uruguayen des Tupamaros, la restauration d’archives audiovisuelles falsifiées pour le centenaire de Lénine et le mouvement ouvrier dans les usines Alpha Romeo en sont les principaux sujets. Lire la suite