Des voix dans la ville

Séance du 18 avril.

Rédactrice : Camille Bui

 » En 1961 sort Chronique d’un été de Jean Rouch et Edgar Morin. Film manifeste du cinéma direct en France, Chronique introduit une transformation qualitative du partage classique entre fiction et documentaire autour de la question du vécu, du corps et de la parole, enjeux qui concernaient jusqu’alors majoritairement le cinéma de fiction moderne. L’enregistrement des voix est fondamental dans cette entreprise de renouvellement du cinéma documentaire, né d’une rencontre entre le cinéma et les sciences sociales. E. Morin place en effet la parole vive au centre de sa conception d’un « cinéma-vérité » en rupture avec l’esthétique dominante du documentaire commenté. Selon lui, le cinéma-vérité doit être « un moyen d’interrogation, c’est pour ça qu’il s’avance le micro à la main, (…) un moyen de communication, c’est pour ça qu’il cherche le dialogue »[1]. Tandis que J. Rouch déclarait avec humour à propos de Chronique : « C’est un film où il n’y a pas de bagarres, pas de coups de revolver, même pas de baisers. L’acte finalement c’est la parole »[2] – une parole porteuse de significations, mais portée par la matérialité d’une voix. Lire la suite