"Pittsburgh police films", une ethnographie documentaire de la police américaine par John Marshall (1968-1969)

 

Séance du 23 mai

Rédactrice : Alice Leroy

 » On connaît peu le travail de John Marshall en France. Des quelques vingt-cinq films qu’il tourna parmi les Ju/’hoansi[1] dans le désert de Kalahari à l’ouest de l’Afrique du Sud entre 1950 et 2002, on a guère vu ici que The Hunters, premier film[2] à la poésie rouchienne, tourné à vingt ans et inaugurant un projet documentaire d’une ampleur inédite. Plus rarement présentés, Bitter Melons (1971), N!ai, the Story of a !Kung Woman (1980) ou l’ultime film de Marshall, A Kalahari Family (2002) offrent une vision plus contemporaine et pessimiste de la situation politique des Bushmen en Afrique du Sud. Entre ces films et The Hunters, l’écart n’est pas seulement temporel ni même esthétique, il marque aussi la transformation de la pratique du documentaire par Marshall. Il témoigne de l’évolution du statut du cinéaste dans sa relation avec cette communauté, d’observateur fasciné à celui de militant de leur indépendance politique[3]. La caméra n’est plus uniquement un outil d’observation et de connaissance, elle accomplit un geste politique. Lire la suite