Révolution et cinéma : l’exemple portugais. Appel à communications.

Colloque international
INHA, Paris, 10 et 11 mars 2014
Fondation Gulbenkian, Paris, 12 mars 2014

APPEL À COMMUNICATIONS

Révolution et cinéma : l’exemple portugais

« Il y a longtemps que l’Histoire (narrative mythique de l’Humanité sur soi-même) n’est plus son miroir vraisemblable. » Eduardo Lourenço

« Retourner »

À l’occasion du quarantième anniversaire de la révolution des œillets, trois jours d’un colloque international sont proposés autour de la représentation cinématographique de cet événement politique, de 1974 jusqu’à aujourd’hui. Il s’agit tout d’abord de revenir sur le mot « révolution », pris au sens premier et étymologique de « retourner ».

Retourner vers le passé, à une mémoire revisitée, à l’image du film 48 de Susana de Sousa Dias, retour sur la torture durant les quarante-huit ans de dictature salazariste à travers les photographies anthropométriques de la PIDE (Police international de défense de l’État, la police politique sous le régime de Salazar), véritable organe de répression du régime, et les témoignages des prisonniers, voix sorties de l’ombre lumineuse de ces archives douloureuses, voix hésitantes du présent qui n’oublie pas. Lire la suite

Andy Warhol et la Factory : Documents Visuels

 Séance du 21 octobre

Rédacteur Benjamin Léon 

« Ce qui distingue Warhol de ses prédécesseurs ou de ses successeurs, c’est l’absence d’inflexion morale ou anecdotique. Sa volonté de laisser les subcultures marginales participer à l’élaboration des documents qui leurs sont consacrés va de pair avec une structure formelle sans liaison rajoutée, qui n’autorise aucune récupération de ces subcultures1 » note avec beaucoup de lucidité David E. James quant aux fonctions sociales et esthétiques des corps issus de la Factory. Tolérance éthique (supposée) qui estompe les différences entre la surface et la profondeur, entre la vie et l’art, entre la réalité et l’artifice et, finalement, entre la bonne société et les marginaux. Flash-back nécessaire : en janvier 1964, Andy Warhol ouvre sur la 47th Street de Manhattan la Factory, un atelier d’un nouveau genre : à la fois lieu de production des œuvres de l’artiste mais aussi lieu de sociabilité pour l’underground newyorkais de l’époque. Si Warhol continue à y peindre – avec l’aide de son assistant Gérard Malanga – certaines de ses sérigraphies les plus célèbres, son intérêt pour le cinéma s’affirme rapidement comme un médium privilégié de même qu’une nécessité dans la construction des « Superstars ». Lire la suite

séances GRHED 2013-2014

  • Horaires des séances et projections : 17h45 à 20h
  • Lieux : Salle AVD 133 – Institut National d’histoire de l’art – Paris
  • Programmation des séances : Johanna Cappi,université Sorbonne Nouvelle Paris 3 ED 267 – EA 185 IRCAV
  • contact : grhed@hotmail.fr

L u n d i   2 1  o c t o b r e   2 0 1 3 – « Andy Warhol et la Factory : documents visuels », par Benjamin Léon, Sorbonne Nouvelle Paris 3 – IRCAV

Lire la suite