Le ciné-train de Medvedkine ou le miroir magique

Ce texte est une reprise de la communication de Massimo Olivero, université Sorbonne Nouvelle Paris 3, lors de la séance au GRHED du 12 décembre 2011

Rédacteur : Massimo Olivero

« Le cinéaste Alexandre Medvedkine et son équipe de travail réalisèrent au début des années Trente, pendant le premier plan quinquennal de l’Union Soviétique, une série de films dans le cadre d’un projet cinématographique très ambitieux, le ciné-train. Ce projet, directement financé par le parti communiste et par le ministère de l’industrie, était donc au service de l’État et recevait des ordres par le service de la propagande du Parti. La première année du ciné-train, sous la direction de Medvedkine, a commencé le 25 janvier 1932 pour s’achever 300 jours plus tard, après six voyages et 70 films tournés, pour un total de 91 bobines et 24.000 mètres impressionnés. Les films étaient tirés en 3 ou 5 copies, les activistes les diffusaient et le ciné-train les utilisait aussi au cours d’autres voyages. Les 32 membres du groupe complétaient tout le cycle de production du film grâce au studio cinématographique installé dans le train. La tâche finale, la « plus grande préoccupation » [1] du ciné-train était de filmer et de montrer immédiatement, en prise directe, la vie du peuple au peuple. Son objectif était d’intervenir sur la réalité et de la modifier, pour moderniser les conditions de travail, augmenter la productivité et améliorer la qualité des produits, et cela, grâce au pouvoir des images cinématographiques.

Lire la suite

Rituaes e festas bororo : premier film ethnographique de Luiz Thomas Reis

Séance du 10 décembre

Rédactrice : Joanna Espinosa

« Rituaes e festas Borôro est un émouvant premier témoignage audiovisuel des rites funéraires des indiens Borôro que le cinéaste Luiz Thomas Reis va filmer durant 3 mois au sein d’une communauté indigène qui l’invite à enregistrer les préparatifs cérémoniaux. Le film conçu en 1916 et qui a une durée de 30 minutes est d’une parfaite cohésion entre la praxis filmique et l’opération du montage. Comme le fait remarquer assez justement le critique Cléber Eduardo Miranda Dos Santos « le cinéma mondial était encore en train de chercher une grammaire narrative, avec les changements d’échelles dans les plans et les distances focales, avec un perfectionnement progressif de raccord du regard, alors que le cinéaste « officiel » filmait les Bororos avec un désir remarquable d’équilibre dans les plans et dans les coupes ». [1] Le cinéaste Luiz Thomaz Reis rassemblera les plus importants clichés jamais réalisés au début du XXème siècle et reste un véritable pionnier du cinéma ethnographique chez les amérindiens du Brésil. Nonobstant, Luiz Thomaz Reis a  davantage été connu pour sa carrière de militaire au sein de la Commission Rondon que pour ses exploits cinématographiques, et si ses films restent encore méconnus à l’international, plusieurs corollaires sont à l’origine de ce manquement. Tout d’abord, comme le soulignera Eduardo Miranda Dos Santos dans son article Thomaz Reis : major ou cineasta ? à cause de son rattachement à une mission sous contingence militaire, où il est sommé d’enregistrer la propagande du progrès étatique et la tentative de civilisation et de pacification des zones indigènes. Dès lors, désigné principalement sous la qualification de Major Reis, sa reconnaissance professionnelle en tant que cinéaste sera éludée. Lire la suite