LOWAVE PRÉSENTE : SINGAPOUR MON AMOUR

Rédacteurs : Mickaël Robert-Gonçalves & Silke Schmickl

Festival du 4 juin au 12 juillet 2015, Paris

Lowave est heureux d’annoncer Singapour mon amour un parcours artistique organisé à Paris du 4 juin au 12 juillet dans le cadre de Singapour en France – le Festival organisé par l’Institut français, le National Arts Council et le National Heritage Board Singapour.

Copyright : Nelson Yeo -  Chinatown, 2013

Copyright : Nelson Yeo – Chinatown, 2013

Singapour mon amour est une invitation à explorer l’univers de la jeune scène singapourienne à travers une série d’événements artistiques interdisciplinaires. Le visiteur pourra s’imprégner pleinement, à son rythme, des diverses démarches présentées : performances à l’Église St-Merry, une exposition d’art visuel au Point Éphémère, des projections de films d’avant-garde à La Cinémathèque française, un colloque scientifique au musée du quai Branly et des interventions d’artistes au Centre Pompidou.

Nous avons le plaisir d’accueillir quelques-unes des personnalités artistiques et intellectuelles de Singapour les plus illustres telles que Ho Tzu Nyen, Jiekai Liao, Sookoon Ang, Jason Wee, William Phuan, Wenjie Zhang, Bani Haykal, Ezzam Rahman et Urich Lau. Leurs participations seront enrichies par des œuvres de jeunes talents comme Nelson Yeo ou Wesley Leon Aroozoo et d’artistes internationalement reconnus à l’instar de Charles Lim, Ming Wong, Rajendra Gour, Zai Kuning et Nguan.

Lire la suite

Les messagers (2014), autour du film de Laetitia Tura et Hélène Crouzillat — Rencontre avec Laetitia Tura

Séance du 18 mai à la BnF proposée et animée par Audrey Leblanc, en présence de Laetitia Tura

Rédacteur : Olivier Favier [Dormira Jamais]

copyright Prima Luce

Copyright : Prima Luce Distribution, 2014

Tourné entre 2008 et 2012, présenté au Cinéma du réel en 2014, le documentaire Les Messagers est en salle depuis le 8 avril. Un film ambitieux, qui aborde la question des migrants en Méditerranée par ce qu’elle a de plus dur, la mort et la disparition. Mais aussi une œuvre d’une puissante originalité formelle, traversée d’un irrépressible instinct de vie.

Me voici de nouveau plongé dans les chiffres, une mauvaise habitude sans doute, si l’on en croit quelques éditorialistes en vue qui préfèrent parler de ressenti, de malaise et de peur, quand il s’agit d’évoquer – y a-t-il meilleur sujet pour mentir – l’insécurité liée à l’immigration. Une rapide recherche m’amène vers un article du journal El Watan, faisant état de 5 000 morts. Il précise aussitôt: « 2014, l’année la plus meurtrière depuis vingt ans ». Ne nous y trompons pas, ces morts ne sont pas ceux liés à la délinquance – à raison de 2 homicides par jour en France, il faudrait près de 7 ans pour parvenir à ce chiffre – ni ceux des accidents de la route – leur nombre est inférieur d’un tiers. Ce bilan épouvantable est celui des migrants qui ont échoué pour toujours à traverser la Méditerranée: de la Turquie vers la Grèce, de la Libye vers l’Italie, ou du Maroc vers l’Espagne. J’en ajoute dix-huit – il se trouve que j’en ai eu la liste – pour ceux décédés entre la France et l’Angleterre, à Calais et dans ses environs.  Lire la suite