Le regard documentaire dans le monde arabe au prisme des productions d’al-Jazira Documentary

Séance du 18 novembre

Rédacteur : Michel Tabet

« Le paysage audiovisuel arabe connaît des transformations importantes depuis l’émergence des télévisions satellitaires panarabes dans les années 1990 et le développement de l’Internet au cours des années 2000. Le renouvellement concomitant des scènes culturelles régionales a participé d’un mouvement plus ample de transformation des représentations de l’arabité contemporaine, dans un contexte marqué par une attention médiatique accrue, des tensions politiques et sociales ainsi que des conflits de grande intensité.

Au cœur d’un tel tourbillon informationnel, l’image documentaire a acquis une fonction de premier plan, auréolée, pour une partie significative de ses usagers, d’un label d’authenticité et de vérité : les image-témoignages des « printemps arabes », la documentation infinie des violences en Syrie et, plus généralement, la couverture journalistique des conflits armés, concourent à faire du mode de mise en image du réel un enjeu médiatique primordial.

Lire la suite

Révolution et cinéma : l’exemple portugais. Appel à communications.

Colloque international
INHA, Paris, 10 et 11 mars 2014
Fondation Gulbenkian, Paris, 12 mars 2014

APPEL À COMMUNICATIONS

Révolution et cinéma : l’exemple portugais

« Il y a longtemps que l’Histoire (narrative mythique de l’Humanité sur soi-même) n’est plus son miroir vraisemblable. » Eduardo Lourenço

« Retourner »

À l’occasion du quarantième anniversaire de la révolution des œillets, trois jours d’un colloque international sont proposés autour de la représentation cinématographique de cet événement politique, de 1974 jusqu’à aujourd’hui. Il s’agit tout d’abord de revenir sur le mot « révolution », pris au sens premier et étymologique de « retourner ».

Retourner vers le passé, à une mémoire revisitée, à l’image du film 48 de Susana de Sousa Dias, retour sur la torture durant les quarante-huit ans de dictature salazariste à travers les photographies anthropométriques de la PIDE (Police international de défense de l’État, la police politique sous le régime de Salazar), véritable organe de répression du régime, et les témoignages des prisonniers, voix sorties de l’ombre lumineuse de ces archives douloureuses, voix hésitantes du présent qui n’oublie pas. Lire la suite

Andy Warhol et la Factory : Documents Visuels

 Séance du 21 octobre

Rédacteur Benjamin Léon 

« Ce qui distingue Warhol de ses prédécesseurs ou de ses successeurs, c’est l’absence d’inflexion morale ou anecdotique. Sa volonté de laisser les subcultures marginales participer à l’élaboration des documents qui leurs sont consacrés va de pair avec une structure formelle sans liaison rajoutée, qui n’autorise aucune récupération de ces subcultures1 » note avec beaucoup de lucidité David E. James quant aux fonctions sociales et esthétiques des corps issus de la Factory. Tolérance éthique (supposée) qui estompe les différences entre la surface et la profondeur, entre la vie et l’art, entre la réalité et l’artifice et, finalement, entre la bonne société et les marginaux. Flash-back nécessaire : en janvier 1964, Andy Warhol ouvre sur la 47th Street de Manhattan la Factory, un atelier d’un nouveau genre : à la fois lieu de production des œuvres de l’artiste mais aussi lieu de sociabilité pour l’underground newyorkais de l’époque. Si Warhol continue à y peindre – avec l’aide de son assistant Gérard Malanga – certaines de ses sérigraphies les plus célèbres, son intérêt pour le cinéma s’affirme rapidement comme un médium privilégié de même qu’une nécessité dans la construction des « Superstars ». Lire la suite

séances GRHED 2013-2014

  • Horaires des séances et projections : 17h45 à 20h
  • Lieux : Salle AVD 133 – Institut National d’histoire de l’art – Paris
  • Programmation des séances : Johanna Cappi,université Sorbonne Nouvelle Paris 3 ED 267 – EA 185 IRCAV
  • contact : grhed@hotmail.fr

L u n d i   2 1  o c t o b r e   2 0 1 3 – « Andy Warhol et la Factory : documents visuels », par Benjamin Léon, Sorbonne Nouvelle Paris 3 – IRCAV

Lire la suite

Une vie suspendue. "Il Rifugio" de Francesco Cannito et Luca Cusani (2012) comme espace de la limite et de l’exception.

Séance du 17 juin

Rédactrice : Chiara Rubessi

« Depuis le début de l’année 2011, en raison de la situation en Afrique du Nord, plus de 50.000 personnes ont débarqué par bateau vers l’île italienne de Lampedusa, 13.000 d’entre elles ont été renvoyées en Afrique et 15.000 ont obtenu le statut de réfugié, tandis que 22.000 ont été accueillis dans des structures « inadéquates » dans l’attente d’une reconnaissance de statut. Les réalisateurs Francesco Cannito et Luca Cusani s’emparent de ce fait divers, paru en juillet 2011 dans le journal La Repubblica, et attestent de cette réalité par un documentaire indépendant, à petit budget et autoproduit[1] sur deux années. Il Rifugio (2012) retrace la vie suspendue de 116 de ces migrants, hébergés pendant plus de quatre mois dans un hôtel solitaire sur le sommet des Alpes italiennes. Isolés du reste du monde, ils vivent dans l’attente de savoir s’ils seront expulsés ou enfin reconnus, alors que l’hiver est à venir. Lire la suite

"Pittsburgh police films", une ethnographie documentaire de la police américaine par John Marshall (1968-1969)

 

Séance du 23 mai

Rédactrice : Alice Leroy

 » On connaît peu le travail de John Marshall en France. Des quelques vingt-cinq films qu’il tourna parmi les Ju/’hoansi[1] dans le désert de Kalahari à l’ouest de l’Afrique du Sud entre 1950 et 2002, on a guère vu ici que The Hunters, premier film[2] à la poésie rouchienne, tourné à vingt ans et inaugurant un projet documentaire d’une ampleur inédite. Plus rarement présentés, Bitter Melons (1971), N!ai, the Story of a !Kung Woman (1980) ou l’ultime film de Marshall, A Kalahari Family (2002) offrent une vision plus contemporaine et pessimiste de la situation politique des Bushmen en Afrique du Sud. Entre ces films et The Hunters, l’écart n’est pas seulement temporel ni même esthétique, il marque aussi la transformation de la pratique du documentaire par Marshall. Il témoigne de l’évolution du statut du cinéaste dans sa relation avec cette communauté, d’observateur fasciné à celui de militant de leur indépendance politique[3]. La caméra n’est plus uniquement un outil d’observation et de connaissance, elle accomplit un geste politique. Lire la suite

Des voix dans la ville

Séance du 18 avril.

Rédactrice : Camille Bui

 » En 1961 sort Chronique d’un été de Jean Rouch et Edgar Morin. Film manifeste du cinéma direct en France, Chronique introduit une transformation qualitative du partage classique entre fiction et documentaire autour de la question du vécu, du corps et de la parole, enjeux qui concernaient jusqu’alors majoritairement le cinéma de fiction moderne. L’enregistrement des voix est fondamental dans cette entreprise de renouvellement du cinéma documentaire, né d’une rencontre entre le cinéma et les sciences sociales. E. Morin place en effet la parole vive au centre de sa conception d’un « cinéma-vérité » en rupture avec l’esthétique dominante du documentaire commenté. Selon lui, le cinéma-vérité doit être « un moyen d’interrogation, c’est pour ça qu’il s’avance le micro à la main, (…) un moyen de communication, c’est pour ça qu’il cherche le dialogue »[1]. Tandis que J. Rouch déclarait avec humour à propos de Chronique : « C’est un film où il n’y a pas de bagarres, pas de coups de revolver, même pas de baisers. L’acte finalement c’est la parole »[2] – une parole porteuse de significations, mais portée par la matérialité d’une voix. Lire la suite

Guerre du Vietnam : "Mills of the Gods" de Beryl Fox (1965)

Séance du 21 mars

Rédactrice : Nathalie Mary

 » Née en 1931 à Winnipeg (province de Manitoba) dans un milieu modeste, Beryl Fox, figure majeure de la télévision nord-américaine jusqu’au début des années quatre-vingt, est une documentariste intrépide et une productrice engagée. Après avoir étudié l’histoire à l’université de Toronto et travaillé dans une usine, elle rejoint la chaîne de télévision CBC (Canadian Broadcasting Corporation) et son département sport en qualité d’assistante au cours de l’année 1959. L’itinéraire est classique, à une époque où pratiquement aucune femme ne travaille à des postes de création. C’est vraisemblablement un complexe d’infériorité qui lui donne la volonté de s’écarter de ce destin de secrétaire bonne à servir le café. Lire la suite

Héroïne et culture underground à Barcelone : "Morir de dia" (2010) de Laia Manresa et Sergi Dies

Séance du 7 février

Contre-culture et militantisme des années 1970 à nos jours à Barcelone.

« Joaquín Jordà (1935-2006) apparait aujourd’hui comme l’une des principales figures du documentaire en Catalogne. Membre éminent de l’Ecole de Barcelone, dont il rédige un manifeste en avril 1967[1], il est l’auteur de cinq films militants produits par le Parti Communiste Italien : Portogallo, paese tranquillo (1969), Il perché del dissenso (1969), I tupamaros ci parlano (1969), Lenin vivo (1970) et Spezziamo le catene (1971). Rarement diffusées au-delà des projections en festival et de quelques réseaux proches du PCI, ces courts-métrages témoignent de l’engagement politique du cinéaste : la critique du colonialisme portugais, le portrait de prêtres italiens et espagnols communistes, celui, très expérimental, du mouvement d’extrême-gauche clandestin uruguayen des Tupamaros, la restauration d’archives audiovisuelles falsifiées pour le centenaire de Lénine et le mouvement ouvrier dans les usines Alpha Romeo en sont les principaux sujets. Lire la suite

Cinéma révolutionnaire en Equateur : "Llocsi Caimanta ! Fuera de Aquí !" de Jorge Sanjinés (1977)

Séance du 21 janvier

 » Llocsi Caimanta ! Fuera de Aquí ! (Hors d’ici[1], 1977) est une reconstitution basée sur des faits réels, fondée sur un système narratif qui mélange des stratégies de mise en scène issues de divers styles documentaires et formes filmiques. Les images du film constituent un document unique sur la situation des communautés andines dans les années 1960 et 1970, période d’intervention idéologique et économique américaine sans précédent en Amérique Latine, suite à la Révolution Cubaine en 1959. Ce docu-fiction déroule l’histoire d’une communauté indigène des Andes équatoriennes en conflit de terres avec les représentants légaux d’une puissante entreprise, cette dernière ayant découvert de riches gisements minéraux sur leur territoire ancestral. Au milieu de l’affrontement, un groupe de religieux américains surgit et divise les paysans opposants entre croyants et non-croyants. Afin de parvenir à ses fins, l’entreprise déclenchera une tuerie, aidée par l’armée équatorienne. Lire la suite

L’engagement documentaire d’Ugo Ulive : Uruguay et Venezuela des années 1960

Séance du 17 décembre

« Né à Montevideo (Uruguay) en 1933, Ugo Ulive est l’auteur d’un petit nombre de documentaires marquants. Dès 1960, son film Como el Uruguay no hay surgit tel un vigoureux pamphlet, un défi lancé à la nation uruguayenne. Celle-ci est dépeinte comme une nation bloquée, une démocratie devenue routinière, fermée à tout changement social. Avec une ironie constante et un ton résolument sarcastique, Ulive se moque de l’image traditionnelle de l’Uruguay, de son côté « Suisse de l’Amérique latine ». Par la suite, Ugo Ulive réside pendant plusieurs années à Cuba, où il dirige le Théâtre National et enseigne la mise en scène dans une école nouvellement créée. Durant son séjour cubain, il réalise un long-métrage, Chronique cubaine (Crónica cubana, 1963) et se lie d’amitié avec le célèbre cinéaste Tomás Gutiérrez Alea. Ainsi, Ugo Ulive participe à une adaptation d’un roman d’Ilf et Petrov (Les douze chaises, Las doce sillas, Tomás Gutiérrez Alea, 1963), où il fait une petite apparition. Ensuite, l’Uruguayen retourne dans son pays d’origine, tourne Elections (Eleciones) avec Mario Handler en 1967, qui suit deux candidats en campagne électorale, avant d’aller s’installer au Venezuela, pays où il réside encore aujourd’hui et dont il a acquis la nationalité. Lire la suite

Indiens vs dictature brésilienne dans "Iracema" de Jorge Bodansky et Orlando Senna (1974), suivi d’un entretien avec Orlando Senna (2012)

Séance du 19 novembre

« Iracema, de Jorge Bodansky et Orlando Senna, s’inscrit dans la démarche de critique directe de la politique mise en place par le régime dictatorial des années 1970 au Brésil. Le film, de facture radicalement opposée à ce qui se fait à l’époque, est réalisé en 1974 mais ne sera libéré par la censure qu’au début des années 1980. Iracema est une production allemande et dès le départ Jorge Bodansky et Orlando Senna savent que le film aura une carrière internationale avant d’obtenir une visibilité sur le territoire national brésilien, puisque son sujet prend le contre-pied de l’idéologie faussement progressiste martelée quotidiennement par le régime militaire de l’époque. Cette idée de progrès était prédominante et constamment reléguée par les politiques et les journaux, les publications affirmaient uniquement des nouvelles positives quant à l’avancée de la modernisation du pays. La construction de la route « transamazonica »  (route qui traverse toute l’Amazonie) faisait partie des grandes œuvres et du miracle économique brésilien qui devait prouver et assoir l’autorité du régime mis en place. C’est cette propagande que Jorge Bodansky et Orlando Senna dénoncent dans leur film, une propagande qui permet de justifier la dictature, non seulement au sein du pays mais aussi auprès des autorités étrangères. Lire la suite

Mémoire militante en Argentine : Los Rubios (2003) d’Albertina Carri

Séance du 22 octobre.

« Los Rubios (2003), de la réalisatrice argentine Albertina Carri, est un film sur l’irreprésentabilité de la mémoire historique. Ces blonds, rubios, sont le sociologue Roberto Carri et Ana María Caruso, les parents de la réalisatrice, anciens membres de l’organisation politico-militaire révolutionnaire Montoneros[1] et disparus en 1977 sous la dictature argentine, quand Albertina Carri avait quatre ans. Dans ce documentaire fictif, la comédienne Analya Couceiro interprète le rôle d’Albertina Carri, tandis que la réalisatrice joue son propre personnage de metteur en scène. Le système narratif autoréflexif et de mise en abîme permanente du film, notamment l’adoption du dédoublement polyphonique en tant que dispositif énonciatif, bouleverse les catégories de sujet représenté et de sujet de la représentation, et souligne l’hiatus existant entre l’un et l’autre, ainsi que le désajustement fondamental entre les processus de la mémoire et le récit de l’histoire. Lire la suite

Bahia, cinéma en trois court-métrages

Séance du 11 octobre

« Les trois court-métrages présentés dans cette séance dédiée au cinéma de Bahia, Vadiação, Um dia na Rampa e o Pátio, portent en eux les traces de la culture locale, sa musique, ses rites, ses corps, sa danse et sa poésie. Toutefois, ces films par leur histoire et les rencontres nécessaires à leur réalisation, par leurs recherches formelles et esthétiques, par leur sujet enfin, dépassent cet espace régional connu pour son syncrétisme, où se révèlent le passé et le futur du cinéma brésilien : nous retrouvons là leur puissante actualité. Lire la suite

séances GRHED 2012-2013 : « Cinéma documentaire de lutte. Théories, formes d’engagements et d’émancipations. »

Cette année universitaire sera particulièrement marquée par le partenariat mis en place avec le département de l’audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France. Certaines séances du GRHED se dérouleront à la BNF et les interventions des membres seront basées sur les collections documentaires du département dirigé par Alain Carou et sa collaboratrice Brigitte Loret.

  • Horaires des séances et projections : 17h30 à 20h
  • Lieux : Salle AVD 133 – Institut National d’histoire de l’art – Paris &  Salle en mezzanine de la salle P – département de l’audiovisuel –  Bibliothèque Nationale de France.
  • Programmation des séances : Johanna Cappi,université Paris 3 Sorbonne Nouvelle ED 267 – EA 185 IRCAV
  • contact : grhed@hotmail.fr

Lire la suite