Filmer les rituels.

Rédacteur : Michel Tabet

Séance du 5 janvier

Les larmes de Husayn - Michel Tabet, 2006

Les larmes de Husayn – copyright Michel Tabet, 2006 

Cette intervention proposera une réflexion sur l’anthropologie visuelle des rituels religieux et des performances. Elle s’appuie sur des travaux filmiques effectués depuis une dizaine d’années au Liban et, plus récemment, en Algérie. Ces expériences m’ont permis d’élaborer différents dispositifs de réalisation et d’évoluer dans ma pratique du film d’observation. Je retracerai ce cheminement en montrant comment ma pratique de l’ethnographie filmique des rituels m’a conduit à passer d’une conception réaliste de l’image en sciences sociales à une conception modale.

Je prendrai pour point de départ la théorie considérant l’image ethnographique comme une prothèse du regard, c’est-à-dire à dire comme un moyen de pallier aux limites de l’observation directe. Dans cette acception, la caméra enregistre ce qui se déroule devant en restituant une forme plus ou moins fidèle. L’image apparaît ainsi comme un instrument de description relativement efficace d’une action rituelle qui déborderait, par son effervescence, les capacités de l’observation directe.

Lire la suite

Mémoire, corruption, séquelles de la dictature en Espagne : Enterrar y Callar (2014) d’Anna Lopez Luna

Citation

Séance du 17 novembre 2014, en présence de la cinéaste

Rédactrice : Gabrielle Reiner

vlcsnap-2014-11-14-00h59m05s163

Copyright Anna Lopez Luna, 2014

Enterrar y callar est le titre d’une gravure de Francisco Goya provenant d’une série d’estampes intitulée Los Desastres de la guerra (1810-1815)[1]C’est également un film terminé en 2014 par Anna Lopez Luna qui traite du rapt de nouveau-nés dans des hôpitaux publics. Les vols ont débuté à la fin de la guerre d’Espagne. Il s’agit au départ de soustraire des enfants à l’influence néfaste de combattantes républicaines, afin de les élever dans la “vraie foi” en les baptisant puis en les confiant à des couples catholiques.[2] Il se crée ainsi un vivier dans lequel dignitaires et familles pratiquantes en mal d’enfants vont puiser. Les guerres civiles ont cela de particulier qu’elles font s’affronter idéologiquement différentes fractions de la même population. D’un  côté il y a les tenants du pouvoir en place, de l’autre les républicains. L’autorité ecclésiastique et l’autorité séculière s’allient pour “sauver ces jeunes âmes” en perdition. Ce trafic commandé par la dictature a perduré bien après la chute de Franco. Les désastres de la guerre civile se sont poursuivis jusqu’à récemment… Si, dire que la moitié des Espagnols est en train de réaliser qu’elle a été adoptée illégalement par l’autre moitié est excessif, les familles décomposées et recomposées aux grès de cabales de notaires, médecins et religieuses sont légion.

Lire la suite

Le festival Jean Rouch, trente ans de cinéma anthropologique

Séance du 27 octobre

Copyright festival international du cinéma ethnographique Jean Rouch 2014

Organisé par le Comité du film ethnographique et le CNRS Images, le bilan du film ethnographique, rebaptisé Festival Jean Rouch en 2008, offre depuis plus de 30 ans un panorama du documentaire anthropologique.

Lire la suite

Que farei eu com esta espada? de João César Monteiro (1975) Triturer, digérer et chier la réalité

Rédactrice Raquel Schefer

 » En 1974, dans les pages de la revue Cinéfilo (Cinéphile), João César Monteiro défendait la nécessité d’aiguiser, le plus tôt possible, la dent cinématographique pour permettre au cinéma d’être en mesure de triturer, digérer et chier la réalité[1]. Que farei eu com esta espada?[2], de la même année, réalisé en plein PREC (Processus Révolutionnaire en Cours[3]) à la suite du 25 avril 1974, dont le titre vient d’un vers du poème O Conde D. Henrique, de Mensagem[4] de Fernando Pessoa, signale un passage à la fiction — ou une dérive fictionnelle — du cinéma de la Révolution des Œillets, permettant de deviner les traits formels de l’œuvre à venir de Monteiro. Lire la suite

Portugal. La révolution, la lutte ouvrière et le cinéma.

Rédacteurs : Mickaël Robert-Gonçalves et Raquel Schefer

« Les films documentaires réalisés pendant la Révolution des œillets au Portugal peuvent être classés en plusieurs catégories : des films qui observent l’événement dans sa globalité pour comprendre le mouvement initié le 25 avril 1974, catégorie à laquelle appartiennent des long-métrages comme Deus Pátria Autoridade (Dieu, Patrie, Autorité, 1975) de Rui Simões ou As Armas e o Povo (Les Armes et le peuple, 1975), film collectif, jusqu’à des films qui se concentrent sur des thématiques plus particulières, caractéristiques du contexte du PREC (processus révolutionnaire en cours), comme les occupations locales, les pratiques culturelles régionales, les conditions de vie des femmes, etc. Dans un article sur le cinéma et la situation du Portugal après le 25 avril[1], Jacques Lemière pointe trois catégories : les films sur le 25 avril (comme le film Caminhos da Liberdade (Les Chemins de la liberté) de Cinequipa), les films sur la séquence révolutionnaire (comme les films de Rui  Simões), et les films sur la réforme agraire (A Lei da Terra (La Loi de la terre) du Grupo Zero, Cooperativa agrícola Torre Bela (Coopérative agricole Torre Bela) de Luís Galvão Teles ou Terra de Pão, Terra de Luta (Terre du pain, terre de lutte) de José Nascimento). Peut-être est-il possible d’ajouter deux autres catégories. La première correspond aux films sur les luttes ouvrières : c’est le cas de São Pedro da Cova de Rui Simões (Virver), de Applied Magnetics et de Contra as multinacionais (Contre les multinationales) de Cinequipa. La seconde regrouperait des films sur des thématiques sociales et réunit, entre autres : Barronhos – Quem Teve Medo do Poder Popular? de Luís Filipe Rocha, Liberdade para José Diogo de Luís Galvão Teles, O Aborto Não é Um Crime de Cinequipa, ou Júlio de Matos… Hospital? de José Carlos Marques. Tout un corpus de films reste donc encore peu connu et inexploré. Lire la suite