Filmer aux frontières : anamnèse coréenne. Rencontre avec Lyang Kim.

Rédactrice : Johanna Cappi

Séance du 23 février, en présence de la cinéaste.

Tournage de Dream House by the border, 2012

Tournage de Dream House by the border, Copyright Lyang Kim – 2012

En Corée du Sud, si la fin de la dictature de Park Chun Hee et l’instauration de la Cinquième République (1979-1987) permettent une transition vers la démocratie (1987-1993) et subséquemment frayent une voie nouvelle à l’art, les premiers pas malhabiles de l’expression cinématographique demeurent encore longtemps filtrés par la tutelle de l’État. Lorsque Lyang Kim se remémore son adolescence[1], elle souligne que l’émergence des films européens en Corée du Sud se déroule lentement dès les années 1981­-1987 et que les œuvres de grands réalisateurs — tels que Jean-Luc Godard ou même Francis Ford Coppola — encore considérées comme politiquement subversives, demeurent interdites de diffusion sur le territoire. Ainsi, Apocalypse Now (1979) sort en salle coréenne seulement en 1987. En effet, l’année précédant les Jeux Olympiques de Séoul (1988) esquisse officiellement un tournant et un geste d’ouverture culturel de la part du gouvernement de la Corée du Sud. Pourtant, confie et déplore la cinéaste, aujourd’hui l’industrie cinématographique sud-coréenne et les programmations de l’ensemble des salles de cinéma du pays sont régulées par le marché du libéralisme économique où les blockbusters dominent. Les projections de films d’auteurs se font toujours rares et demeurent trop peu de temps à l’affiche des petites salles[2]. Lire la suite