Filmer les rituels.

Rédacteur : Michel Tabet

Séance du 5 janvier

Les larmes de Husayn - Michel Tabet, 2006

Les larmes de Husayn – copyright Michel Tabet, 2006 

Cette intervention proposera une réflexion sur l’anthropologie visuelle des rituels religieux et des performances. Elle s’appuie sur des travaux filmiques effectués depuis une dizaine d’années au Liban et, plus récemment, en Algérie. Ces expériences m’ont permis d’élaborer différents dispositifs de réalisation et d’évoluer dans ma pratique du film d’observation. Je retracerai ce cheminement en montrant comment ma pratique de l’ethnographie filmique des rituels m’a conduit à passer d’une conception réaliste de l’image en sciences sociales à une conception modale.

Je prendrai pour point de départ la théorie considérant l’image ethnographique comme une prothèse du regard, c’est-à-dire à dire comme un moyen de pallier aux limites de l’observation directe. Dans cette acception, la caméra enregistre ce qui se déroule devant en restituant une forme plus ou moins fidèle. L’image apparaît ainsi comme un instrument de description relativement efficace d’une action rituelle qui déborderait, par son effervescence, les capacités de l’observation directe.

Lire la suite

Mémoire, corruption, séquelles de la dictature en Espagne : Enterrar y Callar (2014) d’Anna Lopez Luna

Citation

Séance du 17 novembre 2014, en présence de la cinéaste

Rédactrice : Gabrielle Reiner

vlcsnap-2014-11-14-00h59m05s163

Copyright Anna Lopez Luna, 2014

Enterrar y callar est le titre d’une gravure de Francisco Goya provenant d’une série d’estampes intitulée Los Desastres de la guerra (1810-1815)[1]C’est également un film terminé en 2014 par Anna Lopez Luna qui traite du rapt de nouveau-nés dans des hôpitaux publics. Les vols ont débuté à la fin de la guerre d’Espagne. Il s’agit au départ de soustraire des enfants à l’influence néfaste de combattantes républicaines, afin de les élever dans la “vraie foi” en les baptisant puis en les confiant à des couples catholiques.[2] Il se crée ainsi un vivier dans lequel dignitaires et familles pratiquantes en mal d’enfants vont puiser. Les guerres civiles ont cela de particulier qu’elles font s’affronter idéologiquement différentes fractions de la même population. D’un  côté il y a les tenants du pouvoir en place, de l’autre les républicains. L’autorité ecclésiastique et l’autorité séculière s’allient pour “sauver ces jeunes âmes” en perdition. Ce trafic commandé par la dictature a perduré bien après la chute de Franco. Les désastres de la guerre civile se sont poursuivis jusqu’à récemment… Si, dire que la moitié des Espagnols est en train de réaliser qu’elle a été adoptée illégalement par l’autre moitié est excessif, les familles décomposées et recomposées aux grès de cabales de notaires, médecins et religieuses sont légion.

Lire la suite

Le festival Jean Rouch, trente ans de cinéma anthropologique

Séance du 27 octobre

Copyright festival international du cinéma ethnographique Jean Rouch 2014

Organisé par le Comité du film ethnographique et le CNRS Images, le bilan du film ethnographique, rebaptisé Festival Jean Rouch en 2008, offre depuis plus de 30 ans un panorama du documentaire anthropologique.

Lire la suite

séances GRHED 2014-2015

 

Cette année universitaire, les séances du GRHED achèveront le cycle consacré au thème  Cinéma documentaire de lutte, commencé en mars 2010. La programmation et l’ensemble des séances seront co-animés par Johanna Cappi (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 IRCAV) et Michel Tabet (Laboratoire d’Anthropologie Sociale, Comité du film ethnographique) Ces rendez-vous mensuels privilégieront des rencontres avec les réalisateurs et les acteurs d’institutions liées au film documentaire. Une séance « réunion de travail » se tiendra entre mars et avril 2015, afin d’envisager collectivement l’organisation de deux journées d’études et une publication des travaux des membres dans le cadre du GRHED, également lors du partenariat avec la BnF (2012-2013)

______________________________________________________

 

lundi 27 oct. 2014 à l’Inha

Projection et séance en partenariat avec Barberine Feinberg et Laurent Pellé du Festival International du cinéma ethnographique Jean Rouch et animées par Michel Tabet, anthropologue et cinéaste (Laboratoire d’Anthropologie Sociale, Comité du film ethnographique) – Histoire du Festival dans sa relation aux différents courants du film documentaire et de l’anthropologie visuelle.

vlcsnap-2014-11-14-00h53m31s165lundi 17 nov. 2014 à l’Inha

Mémoire, dictature et corruption en Espagne, Enterrar y callar (2014, 82’) Gabrielle Reiner (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3) invite la cinéaste Anna López luna a témoigner de son enquête sur les vols de nouveaux nés dans les maternités sous le franquisme… Séance animée par Gabrielle Reiner, en présence de la cinéaste.

Lire la suite

Le ciné-train de Medvedkine ou le miroir magique

Ce texte est une reprise de la communication de Massimo Olivero, université Sorbonne Nouvelle Paris 3, lors de la séance au GRHED du 12 décembre 2011

Rédacteur : Massimo Olivero

« Le cinéaste Alexandre Medvedkine et son équipe de travail réalisèrent au début des années Trente, pendant le premier plan quinquennal de l’Union Soviétique, une série de films dans le cadre d’un projet cinématographique très ambitieux, le ciné-train. Ce projet, directement financé par le parti communiste et par le ministère de l’industrie, était donc au service de l’État et recevait des ordres par le service de la propagande du Parti. La première année du ciné-train, sous la direction de Medvedkine, a commencé le 25 janvier 1932 pour s’achever 300 jours plus tard, après six voyages et 70 films tournés, pour un total de 91 bobines et 24.000 mètres impressionnés. Les films étaient tirés en 3 ou 5 copies, les activistes les diffusaient et le ciné-train les utilisait aussi au cours d’autres voyages. Les 32 membres du groupe complétaient tout le cycle de production du film grâce au studio cinématographique installé dans le train. La tâche finale, la « plus grande préoccupation » [1] du ciné-train était de filmer et de montrer immédiatement, en prise directe, la vie du peuple au peuple. Son objectif était d’intervenir sur la réalité et de la modifier, pour moderniser les conditions de travail, augmenter la productivité et améliorer la qualité des produits, et cela, grâce au pouvoir des images cinématographiques.

Lire la suite

Un cinéma documentaire de lutte

Rédactrice : Johanna Cappi

Depuis sa création, le Groupe de Recherches en Histoire et Esthétique du cinéma Documentaire  (GRHED) propose un parcours et une analyse historique du cinéma du réel comme lutte, et tente ainsi de cerner la notion d’engagement dans le champ complexe du documentaire. Le réel offre un champ infini d’observation, d’interrogation, d’analyse et d’interprétation qui, depuis les premiers temps, anime de nombreux réalisateurs. Loin de réduire le cinéma documentaire à une catégorie définie et unique, nous l’avons envisagé dans tous ses possibles transversaux (fiction documentaire, fiction ou vidéo documentée par l’emploi d’archives etc.) Le GRHED est animé par la volonté d’observer et d’étudier ces images comme matériau dynamique d’un document engagé dans l’Histoire. Lire la suite