Que farei eu com esta espada? de João César Monteiro (1975) Triturer, digérer et chier la réalité

Rédactrice Raquel Schefer

 » En 1974, dans les pages de la revue Cinéfilo (Cinéphile), João César Monteiro défendait la nécessité d’aiguiser, le plus tôt possible, la dent cinématographique pour permettre au cinéma d’être en mesure de triturer, digérer et chier la réalité[1]. Que farei eu com esta espada?[2], de la même année, réalisé en plein PREC (Processus Révolutionnaire en Cours[3]) à la suite du 25 avril 1974, dont le titre vient d’un vers du poème O Conde D. Henrique, de Mensagem[4] de Fernando Pessoa, signale un passage à la fiction — ou une dérive fictionnelle — du cinéma de la Révolution des Œillets, permettant de deviner les traits formels de l’œuvre à venir de Monteiro. Lire la suite

Portugal. La révolution, la lutte ouvrière et le cinéma.

Rédacteurs : Mickaël Robert-Gonçalves et Raquel Schefer

« Les films documentaires réalisés pendant la Révolution des œillets au Portugal peuvent être classés en plusieurs catégories : des films qui observent l’événement dans sa globalité pour comprendre le mouvement initié le 25 avril 1974, catégorie à laquelle appartiennent des long-métrages comme Deus Pátria Autoridade (Dieu, Patrie, Autorité, 1975) de Rui Simões ou As Armas e o Povo (Les Armes et le peuple, 1975), film collectif, jusqu’à des films qui se concentrent sur des thématiques plus particulières, caractéristiques du contexte du PREC (processus révolutionnaire en cours), comme les occupations locales, les pratiques culturelles régionales, les conditions de vie des femmes, etc. Dans un article sur le cinéma et la situation du Portugal après le 25 avril[1], Jacques Lemière pointe trois catégories : les films sur le 25 avril (comme le film Caminhos da Liberdade (Les Chemins de la liberté) de Cinequipa), les films sur la séquence révolutionnaire (comme les films de Rui  Simões), et les films sur la réforme agraire (A Lei da Terra (La Loi de la terre) du Grupo Zero, Cooperativa agrícola Torre Bela (Coopérative agricole Torre Bela) de Luís Galvão Teles ou Terra de Pão, Terra de Luta (Terre du pain, terre de lutte) de José Nascimento). Peut-être est-il possible d’ajouter deux autres catégories. La première correspond aux films sur les luttes ouvrières : c’est le cas de São Pedro da Cova de Rui Simões (Virver), de Applied Magnetics et de Contra as multinacionais (Contre les multinationales) de Cinequipa. La seconde regrouperait des films sur des thématiques sociales et réunit, entre autres : Barronhos – Quem Teve Medo do Poder Popular? de Luís Filipe Rocha, Liberdade para José Diogo de Luís Galvão Teles, O Aborto Não é Um Crime de Cinequipa, ou Júlio de Matos… Hospital? de José Carlos Marques. Tout un corpus de films reste donc encore peu connu et inexploré. Lire la suite