The Laughing Alligator (1979) de Juan Downey. Retourner le regard, devenir-autre.

Séance du 29 juin à la BnF

Rédactrice : Raquel Schefer

laughing-alligator -  Juan Downey copyrightLe cinéaste chilien Juan Downey (1940-1993), basé à New York depuis 1960, se spécialise dans le documentaire anthropologique avant de passer à l’art vidéo. Entre 1976 et 1977, il tourne The Laughing Alligator (Le jacaré qui rit) avec — notons la préposition, employée dans le générique du film — les Indiens Yanomami de la forêt amazonienne du Venezuela. Les Yanomami, qui appellent les Blancs « le peuple de la marchandise », pratiquent ce que Downey définit comme une « forme limite d’architecture funéraire » : la préparation culinaire et l’ingestion rituelle des cendres de leurs morts. The Laughing Alligator établit des correspondances entre cette pratique endo-cannibale, la recherche anthropologique et la représentation cinématographique, construisant un horizon d’altérité. Renversant les frontières entre l’objectif et le subjectif structurantes du documentaire et de la science, cet horizon d’altérité permet de surpasser la dualité civilisation-barbarie, tout comme les hiérarchies des systèmes de représentation de l’anthropologie et du cinéma.

Lire la suite

Que farei eu com esta espada? de João César Monteiro (1975) Triturer, digérer et chier la réalité

Rédactrice Raquel Schefer

 » En 1974, dans les pages de la revue Cinéfilo (Cinéphile), João César Monteiro défendait la nécessité d’aiguiser, le plus tôt possible, la dent cinématographique pour permettre au cinéma d’être en mesure de triturer, digérer et chier la réalité[1]. Que farei eu com esta espada?[2], de la même année, réalisé en plein PREC (Processus Révolutionnaire en Cours[3]) à la suite du 25 avril 1974, dont le titre vient d’un vers du poème O Conde D. Henrique, de Mensagem[4] de Fernando Pessoa, signale un passage à la fiction — ou une dérive fictionnelle — du cinéma de la Révolution des Œillets, permettant de deviner les traits formels de l’œuvre à venir de Monteiro. Lire la suite

séances GRHED 2013-2014

  • Horaires des séances et projections : 17h45 à 20h
  • Lieux : Salle AVD 133 – Institut National d’histoire de l’art – Paris
  • Programmation des séances : Johanna Cappi,université Sorbonne Nouvelle Paris 3 ED 267 – EA 185 IRCAV
  • contact : grhed@hotmail.fr

L u n d i   2 1  o c t o b r e   2 0 1 3 – « Andy Warhol et la Factory : documents visuels », par Benjamin Léon, Sorbonne Nouvelle Paris 3 – IRCAV

Lire la suite

séances GRHED 2012-2013 : « Cinéma documentaire de lutte. Théories, formes d’engagements et d’émancipations. »

Cette année universitaire sera particulièrement marquée par le partenariat mis en place avec le département de l’audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France. Certaines séances du GRHED se dérouleront à la BNF et les interventions des membres seront basées sur les collections documentaires du département dirigé par Alain Carou et sa collaboratrice Brigitte Loret.

  • Horaires des séances et projections : 17h30 à 20h
  • Lieux : Salle AVD 133 – Institut National d’histoire de l’art – Paris &  Salle en mezzanine de la salle P – département de l’audiovisuel –  Bibliothèque Nationale de France.
  • Programmation des séances : Johanna Cappi,université Paris 3 Sorbonne Nouvelle ED 267 – EA 185 IRCAV
  • contact : grhed@hotmail.fr

Lire la suite