Paris/Téhéran, sur la route d’Abbas Kiarostami (2014). Rencontre avec Sussan Shams.

Rédactrice : Joanna Espinosa

Séance du lundi 1er juin à la BnF

Sussan Shams sur le tournage de Paris/Téhéran (2014)

Sussan Shams sur le tournage de Paris/Téhéran (2014) Copyright Sussan Shams 2014

Ces dernières décennies, le cinéma iranien s’est imposé sur le devant de la scène internationale, comme un cinéma riche et fécond avec des réalisateurs toujours plus exigeants. Grâce à une palette de films aux tons variés et l’émergence depuis quelques années de femmes réalisatrices, le cinéma persan ne cesse de surprendre de part ses thématiques audacieuses, en dépit de la censure et des soubresauts politiques. Tout au long de l’histoire du cinéma du pays ­— né au tout début du siècle dernier sous la souveraineté de la dynastie Kadjar et qui aujourd’hui continu sous le joug des mollahs — les cinéastes doivent composer avec des gouvernements soucieux de leur image et de la portée du message des oeuvres nationales. Face à ces contingences religieuses et politiques, le cinéma iranien n’a cessé de se réinventer et d’apporter des solutions enjouées et éclairantes. À la croisée de la modernité occidentale et de l’art séculaire oriental, l’Iran, a contrario d’autres pays limitrophes, a donné une place majeure à son cinéma, sous la condition sine qua non de son islamisation symbolique. Ainsi, si son système de représentation est autorisé, il est particulièrement surveillé par les instances religieuses qui veillent au respect de l’idéologie islamique, à la propagation de ses fondements et de sa morale. C’est dans ce cadre défini, et souvent en contradiction avec les mœurs de la société iranienne, que les réalisateurs vont tenter de s’émanciper et d’apporter leur vision du monde avec des sujets issus de la culture persane pour lesquels on retrouve une certaine universalité. Lire la suite