Bahia, cinéma en trois court-métrages

Séance du 11 octobre

« Les trois court-métrages présentés dans cette séance dédiée au cinéma de Bahia, Vadiação, Um dia na Rampa e o Pátio, portent en eux les traces de la culture locale, sa musique, ses rites, ses corps, sa danse et sa poésie. Toutefois, ces films par leur histoire et les rencontres nécessaires à leur réalisation, par leurs recherches formelles et esthétiques, par leur sujet enfin, dépassent cet espace régional connu pour son syncrétisme, où se révèlent le passé et le futur du cinéma brésilien : nous retrouvons là leur puissante actualité.

Vadiação de 1954 a été réalisé par un précurseur du cinéma à Bahia, Alexandre Robatto Filho (1908-1981). L’un des personnages lettrés du roman « Dona Flor et ses deux Maris » de Jorge Amado, Robatto Filho, a réalisé des œuvres de fiction et documentaires qui montrent quelques aspects de la ville de Salvador, son carnaval, ses pécheurs et les scènes de plage,  ses hommes. Film de capoeira, Vadiação a pour protagoniste Mestre Traira sur lequel Jorge Amado écrit : « Traíra, un cabloco sec qui parle peu, tout en muscles, grand maître de capoeira. Le voir jouer est un véritable plaisir esthétique. Tel un danseur, seul Pastinha pourrait rivaliser avec lui sur la beauté des mouvements, l’agilité, la rigidité des coups. Quand Traíra ne se trouve pas à l’Ecole de Waldemar, il est ici à coté, à l’école de Sete Molas, située également dans le quartier de Liberdade ». D’autres personnages importants du documentaire sont Waldemar Paixão (1916-1990) et Mestre Bimba (1899-1974), deux anciens pratiquants et figures importantes dans la préservation de la tradition et la réhabilitation de la capoeira au Brésil. Ils sont originaires du quartier de Liberdade, un quartier prolétaire construit sur des terrains abandonnés, sa population est devenue le symbole de la résistance, en squattant cette partie de la ville, loin des cartes postales de São Salvador de Bahia, de Todos os Santos.

Le second court-métrage est Um dia na Rampa (Un jour sur les docks, 1955), également un film document : « Les docks du marché Modelo et le port de Saveiros naviguent dans la baie de tous les saints. Les hommes viennent chaque matin de la mer à la terre et retournent la nuit aux eaux qu’ils disent appartenir à la reine Yemanjà. Réalisé grâce à la coopération de tous les travailleurs, ce film documente une journée sur les docks.». Luiz Paulino dos Santos, né au début des années 1930 à l’intérieur de Bahia, est une figure centrale du cinéma bahianais, il fut assistant de Nelson Pereira dos Santos (Mandacaru Vermelho, 1961) et scénariste de Barravento (1961), premier long-métrage de Glauber Rocha, un projet qu’il a dû abandonner contre son gré.  Luiz Paulino a travaillé avec Rosselini et a côtoyé plusieurs intellectuels, comme Roger Bastide, Pierre Verger ou encore des réalisateurs comme Humberto Mauro et Lima Barreto. Avec Um dia na Rampa,  il signe un film d’une grande beauté plastique, où le passage des personnages, leurs allers-retours, le commerce et ses passants, ses travailleurs, les allers-retours sur les docks, dépassent la simple représentation d’une objectivité documentaire pour évoquer l’espace du mythe, au son du berimbau.

Pátio (Cour) de 1959, le premier court-métrage de Glauber Rocha, est un film qui semble renouer avec les deux autres, non par sa thématique ou ses choix avant-gardistes, mais parce que comme les autres, il se rapporte à une expérience extérieure à l’espace filmé. Dans le cas de Glauber Rocha, il s’agit de la « jeunesse littéraire », le milieu intellectuel et artistique  auquel il participait. Ce n’est pas la ville de Salvador que l’on voit. Le déboutant  Glauber Rocha se positionne comme celui qui veut « fuir les facilités créatives offertes par la littérature,  les arts plastiques et la musique » visant comme il l’affirme « une attitude honnête face au cinéma »[1]. Pour cela, il est nécessaire de surpasser le fait d’être un « art du divertissement ».

Cette séance mettra en lumière ce moment de grande agitation créative à Bahia, fondateur de la Bossa Nova, du Cinema Novo et du Tropicalisme et, à partir de ces trois court-métrages prémonitoires, cherchera à donner quelques clés pour une réflexion future sur les directions esthétiques prises par le cinéma brésilien, un cinéma né d’une nécessité.  » – par Renato Silva Guimaraes

Projections intégrales :

 –Vadiação (8 min), Alexandre Robatto Filho, réal. – 1954

Um dia na rampa (10 min), Luiz Paulino dos Santos, réal. 1955

Pátio (13 min), Glauber Rocha, réal., scénario ; Sólon Barreto, Helena Ignez, act. – 1959

  • Intervention de Renato SILVA GUIMARAÈS – Université Paris I Panthéon Sorbonne – Doctorant / ATER. De la “Critique de la Raison Dialectique” à “L’Esthétique de la Faim”: Jean Paul Sartre et Glauber Rocha. (Sous la direction de Dominique Chateau, Laboratoire LETA Paris 1)
  • Programmation – Johanna Cappi, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, IRCAV CERHEC –  Contact : grhed@hotmail.fr
  • Lieu/horaires – Cette séance du GRHED se tiendra de 17h30 à 20h, dans la salle mezzanine (1er étg) de la salle P – à la Bibliothèque Nationale de France (BNF – rez-de-jardin) 75013 Paris. Entrée libre
[1] Glauber Rocha, in “Jornal do Brasil”, RJ, 29 de março de 1959, Suplemento Dominical

2 réflexions sur « Bahia, cinéma en trois court-métrages »

Les commentaires sont fermés.