séances GRHED 2011-2012 : « Cinéma documentaire de lutte. Théories, formes d’engagements et d’émancipations. »

 

  • Horaires des séances et projections : 17h30 à 20h
  • Lieux : Salle AVD 133 – Institut National d’histoire de l’art – INHA, Galerie Colbert, rue Vivienne, 75002 Paris
  • Programmation des séances : Johanna Cappi, université Paris 3 Sorbonne Nouvelle ED 267 – EA 185 IRCAV
  • contact : grhed@hotmail.fr

Lundi 10 octobre 2011

Intervention de Mickael Robert Gonçalves, doctorant en études cinématographiques. Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

« Bon peuple portugais », le film-révolution de Rui Simões (1979)

“Bon peuple portugais est le deuxième long-métrage du réalisateur portugais Rui Simões. Vivant l’exil pour fuir la guerre coloniale, ce cinéaste formé en Belgique a réalisé deux films en réaction à la Révolution des œillets du 25 avril 1974, événement qui l’a fait revenir au Portugal. Le premier Dieu, Patrie, Autorité (1975) est un pamphlet didactique destiné au peuple portugais qui « devait savoir ». Bon peuple portugais (1979) lui, s’inscrit dans une démarche plus longue, plus douloureuse, plus expérimentale pour proposer un nouveau mode de lecture des événements révolutionnaires déjà avortés. Les deux appartiennent, en marge, à cette période du Processus révolutionnaire en cours (PREC) durant laquelle de nombreux cinéastes, amateurs ou professionnels, ont utilisé la caméra pour saisir l’action d’une société à même de choisir un nouveau destin.

L’écriture filmique et l’Histoire s’interpénétrant, le témoignage se situe autant dans l’image que dans la construction du film. Bon peuple portugais, film sur la révolution, interroge les images, celles, étalées sur plusieurs mois, qui parlent d’elle-mêmes mais qui méritent d’être revues, re-travaillées. Et parce que ces images existent déjà et ont été vues, elles sont mises en perspectives de manière permanente avec d’autres images, d’autres procédés, autant de regards, pour créditer une pensée, celle que la révolution était impossible et perdue d’avance. L’idée qui fonde le film – la naissance, la croissance et la mort d’une idée – permet une progression qui se mêle à la chronologie et absorbe des mécaniques fictionnels.

Copyright Rui Simoes

Par ailleurs, le cinéma de Rui Simões est essayiste, au sens dual du terme essai, à la fois comme tentative et recherche, et comme forme de réflexion, de proposition, de subversion achevée ou non. Le film rentre volontiers dans la caractérisation « de montage », cependant, le film produit ses propres images, des séquences ont été tournées, sont inédites. De ce rapprochement, naît une poésie frappante et au goût amer, rappelant l’indescriptible et indéfinissable sentiment de saudades, que le grand auteur portugais Luís de Camões approchait comme un « bonheur hors du monde ». Ce caractère poétique détache Bon peuple portugais de la production de l’époque et en fait un film unique, inépuisable.”   M. R-G

Lundi 14 novembre 2011

Intervention de Yekhan Pinarligil, doctorant en études cinématographiques. Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, CERHEC.

Turquie, 1980-2010 : Histoire et transmission de mémoire par le vidéaste Canan. En Turquie, l’armée s’est emparée du pouvoir le 12 septembre 1980 après une longue période de tensions et de violences entre la gauche révolutionnaire et la droite ultra nationaliste, avant d’instaurer un régime militaire autoritaire pendant trois ans. Dans L’Arbre waq waq, le vidéaste CANAN revient en 2010 sur ce coup d’état tout en le mettant en relation avec un autre événement historique, il réfléchit sur la transmission de la mémoire sociale aux générations futures.

L’Arbre waq waq / “Vak vak ağacı” de CANAN. Animation vidéo (technique mixte, 21’14’’, Turquie, 2010) Projection et réflexions autour du film.

Mardi 29 novembre 2011

Intervention de Brice Castanon, docteur en études hispaniques. Université de Reims Champagne-Ardenne, ATER Paris 13 a soutenu une thèse intitulée: Renouveau du documentaire en Espagne et nouveau réalisme catalan : le Master en Documentation de création de l’Université Pompeu Fabra (Barcelone) par Brice Castanon

Engagements et émancipations dans le cinéma documentaire catalan contemporain. Le cinéma documentaire espagnol a connu, depuis la fin des années 90, un essor important. Une formation universitaire, le Master en Documentaire de création (MDC) de l’Université Pompeu Fabra, a été à l’initiative de ce renouveau en étant à la fois un centre de formation et le lieu où se développent des films réalisés par Jean-Louis Comolli, José Luis Guerin et Joaquín Jordà puis par Isaki Lacuesta, Mercedes Álvarez, Ricardo Íscar, Marc Recha, Ariadna Pujol, Xavier Montanyà, Lupe Pérez, Laia Manresa, Sergi Dies et Óscar Pérez.

Dans le cadre de ce séminaire consacré au « cinéma documentaire de lutte », il s’agira de voir de quelles façons l’initiative du MDC a permis la revendication du documentaire comme une forme d’engagements et d’émancipations. Pour ce faire, après un rapide aperçu des enjeux du documentaire en Espagne, nous verrons ce que le MDC vient modifier dans l’ensemble du cinéma espagnol. Enfin, nous nous intéresserons plus particulièrement à certains films que Ricardo Íscar, Mercedes Álvarez, Joaquín Jordà et Isaki Lacuesta ont développés au sein de l’Université Pompeu Fabra. Plusieurs extraits de films seront, pour l’occasion, présentés.

Projection intégrale : Le Ciel tourne (El Cielo gira, 2004) de Mercedes Álvarez

Dans La Aldea, le village de Castille où elle est née, la narratrice-cinéaste retourne filmer les paysages et les quatorze derniers habitants de cet endroit, où un temps cyclique s’écoule et fait se répéter petits et grands événements. Progressivement, apparaît un récit mythique sur les origines et la fin d’un monde, et sur l’expérience unique de la vie. L’histoire d’un lieu et de ses habitants devient ainsi l’occasion d’un questionnement tant sur le passage du temps que sur le temps présent.

Ce premier long-métrage de Mercedes Álvarez a été réalisé dans le cadre du Master en Documentaire de création de l’Université Pompeu Fabra. En remportant les premiers prix au Festival Cinéma du Réel à Paris, au Festival International de Cinéma de Rotterdam (IFFR) et au Festival International de Cinéma de Buenos Aires (BAFICI), ce film contribue à la renommée internationale de cette formation universitaire.

Lundi 12 décembre 2011

Intervention de Massimo Olivero, doctorant en études cinématographiques.  Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

« Le ciné-train de Medvedkine ou le miroir magique. » Une analyse des films réalisés parMedvedkine et son équipe de travail dans le projet du ciné-train au début des années 1930, pendant le premier plan quinquennal de l’Union Soviétique. La fonction de ces films était de générer un débat, une critique constructive et dialectique sur les conditions de vie de la communauté. Ce travail collectif offre un regard sur la collaboration et participation active des habitants, à la fois acteurs, spectateurs et interprètes. Dans notre analyse des films encore disponibles (car la plupart ont disparu), nous étudierons comment Medvedkine construit une oeuvre directrice du cinéaste militant, un instrument capable d’intervenir concrètement dans la société afin de créer un nouveau type de communauté.

Lundi 9 janvier 2012

Intervention de Thomas Voltzenlogel, doctorant contractuel, université de Strasbourg

Filmer pour combattre et que ça puisse être utile. Vidéo(s), sujet(s)et histoire(s) dans Berlin 10/90(France, 1991, 60′) de Robert Kramer. Projection intégrale de Berlin 10/90 et analyse du dispositif cinématographique qu’invente Robert Kramer. Étude de la pratique cinématographique profane du réalisateur : une invitation pour le spectateur à (se) penser historiquement et une tentative de « restituer à l’usage de tous » (Giorgio Agamben) la pratique de la vidéo. Comment Robert Kramerlie la question de l’émancipation aux réflexions concernant l’histoire, la pratique du cinéma, la « lecture » des images documentaires, sa propre vie.

Lundi 23 janvier 2012

Intervention de Gabrielle Reiner – Cinéaste, programmatrice, enseignante et chercheuse en études cinématographiques, elle termine une thèse sur l’actualité de l’expérimentation du noir et blanc au cinéma à Paris III.

Du ravissement comme stratégie d’émancipation narrative dans le documentaire expérimental De Dentro (2006) de Peter Beyer. Projection intégrale du film de P. Beyer.

Lundi 20 février 2012

Intervention de Gabriela Trujillo, docteure en Etudes cinématographiques, université Paris 1 Panthéon Sorbonne, UFR 03 – CERHEC

Sur Cabra, Marcado para Morrer de Eduardo Coutinho (Brésil, 1964 -1984, 110′) Projet de docu-fiction commencé en 1964 pour reconstituer la vie d’un leader des ligues paysannes du Nordeste brésilien et interrompu au moment de l’avènement de la dictature militaire, Cabra, marcado para morrer devient un des projets documentaires les plus ambitieux de l’histoire du cinéma brésilien. A travers le hors-cadre d’un film inachevé, on abordera vingt ans de vie politique brésilienne, et nous pourrons ainsi évoquer les domaines illimités et polymorphes de la censure d’état qui s’abattit sur les artistes.

Lundi 12 mars 2012

Intervention d’Éric Galmard, doctorant. Université de Lorraine, PRCE du département des arts du spectacle.

Sur deux films d’Anne-Marie Faux : les usages et effets de l’utilisation de la voix-off dans plusieurs extraits de Hic Rosa partition botanique (2007, 57 min), et Face au vent, partition buissonnière(2010, 45 min). Le premier film est construit à partir des lettres écrites en prison par Rosa Luxembourg en 1918, de celles-ci Anne-Marie Faux déploie une réflexion sur l’engagement en mettant en relation le politique et l’intime. Dans le second film, explicitement autobiographique, la cinéaste entremêle sa propre voix avec des fragments de textes empruntés à d’autres.


Lundi 14 mai 2012

Intervention de Chiara Rubessi, doctorante de l’université de Stendhal-Grenoble 3 (Traverse 19/21, Laboratoire E.CRI.RE équipe de recherches sur “La crise de la représentation”)

Le cinéma politique comme ethnographie et construction sociale du réel. Présentation du film documentaire Faire de la politique. Chronique de la Toscane rouge (1982-2004) de Hugues Le Paige (France/Belgiques 2005)

Faire de la politique est un film-documentaire qui essaie de répondre à des questions liées à l’évolution-involution de la politique italienne à partir de l’esprit de la société civile.
À travers la chronique du parti communiste italienne le réalisateur cherche une réponse à une question important: la politique, qu’est-ce qu’elle peut faire («cosa può la politica?»)? La politique a-t-elle encore un sens ? (1)

Le film-documentaire se déroule dans un petit village de la Toscane, San Cascino Val di Pesa (Mercatale) prés de Florence. Le Paige raconte par une approche dialectique les relations entre les personnages même et la politique du pays. Fabiana (employée), Carlo (ouvrier), Claudio (agent) et Vincenzo (artisan), quatre amis, tous membres et militants du parti communiste, sont animés par le désir et la passion de changer les règles du monde et le futur depuis les années 80. Pour réaliser le film-documentaire Le Paige s’est rendu tous les deux ans au village, où pendant deux décennie (1982/2004), il a suivi les événements les plus significatifs de la vie des personnages, dans leur privée et politique.

Chaque image nous raconte, à travers les visages et les mots, les déceptions de Fabiana, Carlo, Claudio et Vincenzo. La Paige fait du chemin individuel la narration de la transfiguration métaphysique d’une réalité sociale collective. Le réalisateur participe donc et transcrit cette narration sur la pellicule comme un ethnographe sur son calepin. Le film-documentaire tout en devenant ainsi le miroir d’une politique qui cherche sa propre représentation dans un simulacre de ce qu’elle était.

1. Hanna Arendt, La politique a-t-elle encore un sens?, Editions de L’Herne, Paris 2007.

Lundi 11 juin 2012

Intervention d’Alice Leroy, doctorante en études cinématographiques – ENS de Lyon.

Sur Come Back Africa (1959) de Lionel Rogosin. Le réalisateur se rend en 1959 en Afrique du Sud, officiellement pour y tourner un documentaire sur les musiques africaines, officieusement pour réaliser un film sur “la première nation raciste des temps modernes”. Tourné dans une semi-clandestinité, sous la pression constante des autorités sud-africaines, Come back Africa initie une révolte par le truchement des images, en mêlant les registres de la fiction et du documentaire.

Lundi 25 juin 2012

Clôture des séances de cette année avec la projection du film documentaire “Allah Ghaleb” (“On n’y peut rien” 2011) réalisé en Algérie par la jeune photographe et réalisatrice Nadia Makhlouf, ce film propose différents portraits de femmes kabyles (intimes). Séance en présence de la réalisatrice.