séances GRHED 2010-2011: « Cinéma documentaire de lutte. Théories, formes d’engagements et d’émancipations. »

Horaires des séances et projections : 17h30 à 20h

  • Lieux : Salle AVD 133 (1er étage) Institut National d’histoire de l’art de Paris – INHA, Galerie Colbert, rue Vivienne, 75002
  • Programmation des séances : Johanna Cappi, université Paris 3 Sorbonne Nouvelle ED 267 – EA 185 IRCAV
  • contact : grhed@hotmail.fr

26 octobre 2010

Intervention de Emilie Houssa, docteure de l’Université du Québec à Montréal.

« Mémoire en lutte, se raconter l’image document ». Projection de Salvador Allende (2004) de Patricio Guzman.

16 novembre 2010

Intervention de Johanna Cappi, doctorante de l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle – IRCAV – CRECI.

« Choses vues : les enfants soldats » ou « De Victor Hugo à la notion de reportage filmé ». Projection de J’ai douze ans et je fais la guerre, Gilles de Maistre, (Prix Albert Londres, 1990) 53’.

copyright Gilles de Maistre/CAPA press

13 décembre 2010

Intervention de Catherine Roudé, Doctorante de l’Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, CERHEC, allocataire de recherche. Présentation et projection de Classe de lutte, Groupe Medvedkine de Besançon, 1968, 37’.

Présentation et projection du film libanais Dans Les Champs de la Bekaa (27’, 2010), premier film documentaire réalisé par Lucile Garçon, Ingénieure de recherche en agriculture et développement durable.  Université Lumière Lyon II – Laboratoire d’Etudes rurales (LER), allocataire 2010-2013, sous la direction de Claire Delfosse. (En présence de la réalisatrice).

copyright Lucile Garçon

28 février 2011

Intervention de David Dominé-Cohn, doctorant contractuel en histoire à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales sous la direction de Jean-Claude Schmitt.
” L’influence du cinéma documentaire dans l’œuvre de Pierre Schoendoerffer. ” Présentation en deux temps, après une première analyse de l’étude de l’engagement français en Indochine à partir des deux films de Pierre Schoendorffer (La section Anderson et La 317 ème section), une série d’hypothèses de lecture seront proposées sur la relation des films de fiction français sur la guerre avec les documentaires de guerre.
29 mars 2011

Intervention d’Hélène Fleckinger, doctorante de l’Université de Paris  3 Sorbonne Nouvelle IRCAV,  sous la direction de Nicole Brenez. ” Cinéma et vidéo saisis par les féminismes (France 1968 – 1981) “
Films-manifestes du mouvement de libération des femmes : utopie féministe et expérimentation formelle.“Femmes – Faire des films – Sur notre vécu transposé – Images que nous mettons en forme pour ne plus les vivre – Sur le vécu présent” (Danielle Jaeggi). A partir d’une sélection de “films-manifestes” réalisés en lien direct avec le mouvement de libération des femmes, cette séance entend revenir sur l’enjeu que constitue la prise en main de la caméra par les féministes des années 70 : donner forme aux images d’oppression pour s’en affranchir, rêver des images utopiques pour les réaliser. En adoptant une démarche à la fois politique et esthétique d’auto-représentation, les cinéastes féministes ouvrent la voie à des essais documentaires qui allient utopie féministe et expérimentation formelle, et actent ainsi la proposition d’Agnès Varda : “Il faut que le cinéma aille plus vite que les moeurs, que les femmes inventent leur propre futur, en modifiant leur propre représentation”.
Projection : Sorcières camarades de Danielle Jaeggi (1971, 10 min)Un geste en moi de Danielle Jaeggi, Monique David et Nicole Levavasseur (1972, 20 min)

copyright Danielle Jaeggi

26 avril 2011

Intervention de Laetitia Kugler, doctorante de l’Université de Paris I Panthéon Sorbonne CERHEC sous la direction de Sylvie Lindeperg.
” Recyclage médiatique et poétique documentaire “. L’étude comparée de Lucharemos hasta anular la ley de Sebastien Diaz Morales et de 11′09”01 d’Alejandro González Iñárritu permettra d’interroger une pratique de recyclage médiatique. Réutilisant des images médiatiques en les privant en partie de leur valeur référentielle et informative, le travail des cinéastes  permettra de réfléchir sur les notions de représentation médiatique et de représentation artistique mais aussi d’aborder la question de l’esthétisation du politique via la pratique de réemploi documentaire. Sur Lucharemos hasta anular la ley de Sebastien Diaz Morales (installation vidéo, 10 minutes, Argentine/Pays-Bas, 2004) Le cinéaste recycle les prises de vue réelles d’une manifestation à Buenos Aires au cours de laquelle une foule s’est rassemblée devant le Parlement pour contester une loi sanctionnant les vendeurs de rue et menaçant ainsi leur survie. Une révolte populaire qui, montrée à la télévision, a vite atteint une ampleur nationale, symbole du combat inégal de l’individu contre des politiques inhumaines. Dans son film, Sebastian Diaz Morales travaille l’image télévisuelle grâce à un filtre qui la rapproche de l’esthétique de l’animation, du dessin à la craie sur un tableau noir.
Sur 11′09”01, d’Alejandro González Iñárritu (vidéo, 11 minutes, Mexique/France, 2002) Peu après les attentats du 11 septembre 2001, le producteur français Alain Brigand a contacté onze cinéastes auxquels il a demandé une traduction visuelle de leur perception de l’attentat terroriste contre les tours jumelles. Dans ce film, le cinéaste recycle une multitude de sons, psalmodies, témoignages live et autres commentaires journalistiques issus des mass media du monde entier, diffusés en direct lors des événements. Pendant 11 minutes, le spectateur se retrouve face à un écran sans image où seuls 18 plans flashs viennent briser le continuum du noir.
9 mai 2011

Intervention de Lucile Garçon, doctorante contractuelle en géographie à l’Université Lumière Lyon II – Laboratoire d’Etudes rurales (LER), sous la direction de Claire Delfosse. ” La parole aux habitants. Pierre Beccu, un cinéaste contre les fossoyeurs du monde rural “
Pierre Beccu est auteur et réalisateur de documentaires et de deux longs-métrages de fiction. Fondateur de la Cinémathèque des Pays de Savoie dont il fut le Président, il anime également depuis quelques années des ateliers d’éducation au regard en région Rhône-Alpes. Originaire du massif des Bauges, il a réalisé plusieurs documentaires sur ce territoire. Alambics, film de 52 minutes réalisé en 1995, est un de ceux-là. Sous les formes d’une grosse machine à fabriquer de la gnôle, apparaît le personnage de « la marraine », figure des Bauges, menacée d’extinction par l’interdiction faite aux bouilleurs de cru de transmettre leur privilège. Le film est l’occasion d’entendre ceux qui la fréquentent et refusent de faire cortège à sa disparition. Quelques extraits de Cuba, l’an 50, également réalisé par Pierre Beccu, en 2008, permettront de souligner l’originalité de l’engagement du cinéaste, dont la lutte s’exprime en premier lieu par la parole de ceux qui n’ont pas l’occasion de la prendre.
17 mai 2011

Intervention de Pauline Gallinari, docteure en histoire contemporaine – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et PRCE Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
” Cinéma militant / Cinéma de propagande. Quelques exemples de films réalisés dans le sillage du PCF pendant la Guerre froide  “. Dès la fin des années 1920, le PCF encourage la production de films destinés à servir de relais à son discours politique. Cette dynamique cinématographique est relancée à Libération et s’intensifie dès 1947, à l’heure où la Guerre froide s’amorce. Les films réalisés doivent soutenir ce que le PCF qualifie de « propagande de parti »; pour ce faire, le développement d’un cinéma militant est incité. A partir de trois films réalisés dans le giron communiste entre 1948 et 1951, les notions de film militant et de film de propagande seront interrogées pour voir comment, selon le pôle d’initiative (direction du PCF, militants ou organisations satellites), les interprétations diffèrent. Au delà des résultats cinématographiques, la validation et l’utilisation des films par les instances dirigeantes du PCF apparaissent comme des critères déterminants pour esquisser une distinction entre cinéma militant et/ou de propagande.
La grande lutte des mineurs (film collectif sous la direction de Louis Daquin, 1948) Bien que réalisé dans l’orbite de la CGT, ce film est emblématique du passage cinématographique du PCF à la Guerre froide. Retraçant la grève des mineurs de l’automne 1948, La grande lutte des mineurs reprend le discours communiste de guerre froide et le met en scène en valorisant une logique d’opposition qui est particulièrement dramatisée.
L’homme que nous aimons le plus (1950, 18 mn). Commande de la direction du PCF, l’Homme que nous aimons le plus est un cadeau adressé à Staline pour son 70e anniversaire. Jouant sur un ressort affectif qui met en avant l’engouement suscité par Staline, le film participe au culte de la personnalité développé autour du dirigeant soviétique.
Terre tunisienne (Raymond Vogel, Jean-Jacques Sirkis, 1950, 30 mn). Initié par de jeunes cinéastes militants communistes, Terre tunisienne entend dénoncer le système colonial en Tunisie. Résolument anticolonialiste, le film est réalisé en marge de la direction du PCF et incarne un cinéma communiste franc-tireur.
7 juin 2011

Intervention d’Aude Servais – Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales – CESSP- Projection de ” Passion et patience de la créativité révolutionnaire. Un portrait de Paul Boccara, intellectuel communiste.” Un film de Aude et Olivier Servais
« En donnant la parole à Paul Boccara,75 ans, figure intellectuelle de longue date du Parti Communiste Français (PCF), théoricien,historien et économiste, le film montre le travail intellectuel engagé d’un homme, scientifique et militant, qui loin d’être une sinécure, est le combat d’une vie ». Cette première expérience filmique a participé à l’élaboration d’une intention méthodologique que nous développons dans notre travail de doctorat portant sur le processus de légitimation du genre documentaire tiraillé entre reportage, film d’auteur et cinéma politique. Dans le but de révéler les stratégies esthétiques des cinéastes documentaristes, nous utilisons des images filmées avec l’objectif d’élaborer un film pensé alors comme expression sociologique. Notre volonté est de considérer les images filmées non plus seulement comme un recensement de données d’enquête mais comme la construction d’un objet sociologique au sens où cet objet résulte d’une rencontre entre un point de vue théorique (celui du sociologue) et un point de vue pratique (celui des cinéastes). En réduisant la distance entre théorie et pratique, nous souhaiterions faire un pas vers une forme d’objectivation participante.
14 juin 2011

Intervention de Joanna Espinosa, doctorante en études cinématographiques et audiovisuelles à Paris 1 sous la direction de Daniel Serceau et en co-tutelle en anthropologie avec l’Universidade Federal Fluminense de Rio de Janeiro sous la direction de Sidnei Peres Clemente.
Présentation et projection du film Mato eles? (Dois-je les tuer ?) de Sergio Bianchi, 1983, Brésil, 35 min.