Regard

Rédactrice : Johanna Cappi

Depuis sa création en mars 2010, le GRHED – Groupe de Recherches en histoire et Esthétique du cinéma Documentaire – propose un parcours et une analyse historique du cinéma du réel comme lutte, et tente ainsi de cerner la notion d’engagement dans le champ complexe du documentaire. Le réel offre un champ infini d’observation, d’interrogation, d’analyse et d’interprétation qui, depuis les premiers temps, anime de nombreux réalisateurs. Loin de réduire le cinéma documentaire à une catégorie définie et unique, nous l’avons envisagé dans tous ses possibles transversaux (fiction documentaire, fiction ou vidéo documentée par l’emploi d’archives etc.) Le GRHED est animé par la volonté d’observer et d’étudier ces images comme matériau dynamique d’un document engagé dans l’Histoire.

Notre groupe de recherches valorise le documentaire engagé, consacré comme un cinéma d’ouverture, qui mêle, entremêle, démêle, avec application et méthode, avec pudeur ou colère, par le cri ou la confidence, les différents points de vue, les affirmations, les interrogations, les doutes. Au-delà de tout clivage, nous l’envisageons comme une pratique cinématographique qui construit (dans l’idéal) des passerelles entre nos acquis. Le documentaire oppose pour relier, affirme pour provoquer, il tend à assumer son rôle de passeur d’images et d’idées dans une résistance matérialisée au réel : le film. Le cinéma documentaire permet un rapport à la réalité immédiate et concrète avec le spectateur, lequel se trouve projeté dans le réel en même temps qu’on lui projette des images. Le documentaire choisit de nous laisser dans le réel, même si ce réel est exposé à travers le prisme du regard du réalisateur d’où émane une autre réalité (la sienne) à partir d’un réel déterminé puis recomposé.

Les programmations passées ont élaboré un espace de réflexion autour de la notion d’engagement, terme et valeur, qui connait de multiples résonances. Le cinéma de lutte nous est apparu comme un espace privilégié de métissage, de réflexion, de rencontres et de possibles documentaires. Ce cinéma engagé n’est pas envisagé uniquement comme un acte de revendication et/ou de dénonciation, il peut représenter, exposer un rapport (son rapport) avec la réalité immédiate du cinéaste, des individus et des événements filmés. Ainsi, le GRHED encourage une réflexion sur le rapport aux autres par l’image animée, mais également, au-delà des images, une attention à l’Histoire : le pourquoi des hommes, ceux qui filment, ceux qui sont filmés. Il s’agit, au final, d’encadrer la notion d’histoire de l’engagement dans une réflexion cinématographique.

La notion de documentaire engagé évoque le souci du rapport à l’argent et au public, intrinsèquement liés. Notre groupe de recherches pense le film comme un outil social et historique, plutôt que comme une fin. C’est pourquoi, les réunions du GRHED tentent de privilégier la projection de films rares dans leur intégralité (André Sauvage, Danielle Jaeggi, Raymond Vaugel et Jean-Jacques Sirkis, Sergio Bianchi et prochainement Rui Simões, Jang Sun-woo, Eduardo Coutinho). Ainsi, le GRHED échappe à une approche « spectaculaire » de la projection, valorisant une relation plus intime et plus directe aux images, afin que, si elles nous touchent, nous puissions aussi les atteindre.

Johanna Cappi

# More

Le GRHED a été fondé sur proposition de projet au  C E R H E C (Centre d’études et de recherches en histoire et esthétique du cinéma), laboratoire de l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne en étroite collaboration avec l’équipe d’accueil Histoire culturelle et sociale de l’art HiCSA (composante E4100) en janvier 2010. L’équipe du GRHED fonctionne sur la base d’un travail bénévole de chacun des membres, le principe des séances est à but non lucratif. Le GRHED est ouvert aux étudiants en thèse, Master 2R ou post-doctorat de toute université, école et de toute discipline dont les travaux soulèvent une problématique concernant le documentaire cinématographique. Le GRHED souhaite promouvoir les travaux en cours des jeunes chercheurs et favoriser le dialogue entre les universités.

Les différentes actions du  G R H E D :

Valoriser et diffuser les travaux des jeunes chercheurs portant sur l’histoire, l’esthétique et les usages du cinéma documentaire.

Des séances ont été mises en place, en partenariat avec la Bibliothèque Nationale de France, sous le parrainage d’Alain Carou (conservateur des collections images animées du département de l’Audiovisuel de la Bibliothèque Nationale de France) et de sa collaboratrice Brigitte Loret.

L’organisation de journées d’études ainsi que la publication des travaux de recherches sont envisagées.

  • Programmation :  Johanna Cappi (Sorbonne Nouvelle Paris 3 ED 267 – EA 185 IRCAV) pour le CERHEC
  • Contact : grhed@hotmail.fr