Guerre du Vietnam : "Mills of the Gods" de Beryl Fox (1965)

Séance du 21 mars

Rédactrice : Nathalie Mary

 » Née en 1931 à Winnipeg (province de Manitoba) dans un milieu modeste, Beryl Fox, figure majeure de la télévision nord-américaine jusqu’au début des années quatre-vingt, est une documentariste intrépide et une productrice engagée. Après avoir étudié l’histoire à l’université de Toronto et travaillé dans une usine, elle rejoint la chaîne de télévision CBC (Canadian Broadcasting Corporation) et son département sport en qualité d’assistante au cours de l’année 1959. L’itinéraire est classique, à une époque où pratiquement aucune femme ne travaille à des postes de création. C’est vraisemblablement un complexe d’infériorité qui lui donne la volonté de s’écarter de ce destin de secrétaire bonne à servir le café.

Elle ne refuse ni le travail ingrat, ni les mauvaises rémunérations, observe, apprend en silence et suit tranquillement, mais sûrement son chemin en gardant son objectif en vue. Elle commence sa carrière de réalisatrice en faisant des films de commande, puis collabore à l’émission This Hour has Seven Days –« a genre-bending mix of hard-hitting news and interviews alongside edgy comedy and satire »[1] qui diffuse la série Document et lui permet de travailler avec deux personnalités importantes de la chaîne, le producteur Douglas Leiterman (son futur mari) et le présentateur Patrick Watson. Elle contribue progressivement au développement de l’investigation sur la chaîne CBC et à la redéfinition –qui inspire toute une génération- du documentaire canadien, encourageant le cinéma direct et l’engagement politique.

Les films de cette sympathisante de gauche qui se positionne discrètement en faveur des changements sociaux et de la justice reflètent l’ambiance des sixties et les mouvements de contestation -les jeunes, la révolte noire, le féminisme, la guerre du Vietnam- visant à préserver droits et dignité, remettant en cause le conformisme et les certitudes des classes moyennes. Ils manifestent aussi un fort désir de comprendre et d’aller vers les autres, comme le laisse entendre le recours constant aux échanges avec des personnes de toute provenance. Entrepris dans le cadre de CBC et caractéristique du style provocateur qu’adopte la chaîne au milieu des années soixante, One More River (1964), qu’elle coréalise avec Douglas Leiterman, rend compte de l’atmosphère des Etats du Sud, où la ségrégation raciale touche tous les domaines, dix ans après la décision de la Cour suprême américaine en faveur de l’intégration et la condamnation de la ségrégation scolaire, neuf ans après le début du mouvement noir et l’épisode Rosa Parks. Ce documentaire livre des entretiens avec des Noirs et des Blancs, ainsi que des séquences reflétant la situation d’alors : étudiants blancs militant contre l’intégration des Noirs à l’université, Noirs à qui les Blancs refusent l’entrée des théâtres et des restaurants. Tourné dans des conditions très difficiles, Summer in Mississippi (1965) que Beryl Fox réalise cette fois seule, se focalise sur le climat social malsain induit par la défense des droits civiques, l’inscription des Noirs sur les listes électorales et l’histoire de trois partisans de l’intégration (un Noir et deux Blancs) retrouvés morts en août 1964. Elle montre des membres du Ku Klux Klan officiant aux basses besognes et s’entretient avec des Blancs xénophobes.

Quelques années plus tard, la réalisatrice renoue avec cette thématique au cours de Memorial to Martin Luther King (1969), en retraçant le parcours du leader, après son assassinat en avril 1968. Toujours prête à aller plus loin que les autres, la réalisatrice ne modifie pas son attitude en ce qui concerne le féminisme. En analysant comment des femmes politiques et des artistes célibataires sont perçues par des femmes mariées, le point de vue de The Single Woman and the Double Standard (1963) s’avère original : le film n’oppose pas le destin des femmes à celui des hommes, mais la norme à l’indépendance. Le troisième aspect de l’œuvre de la réalisatrice est plus international. C’est celui auquel appartiennent -alors que se pose en Asie du Sud-Est le problème d’une zone d’influence soviéto-chinoise, susceptible d’empêcher les Américains de prospérer économiquement et militairement- Balance of Terror (1962) sur l’organisation du traité de l’Atlantique Nord et Mill’s of the Gods (1965), documentaire sur la guerre du Vietnam. Première femme à avoir filmé ce conflit, Beryl Fox raconte : « je travaillais à l’époque pour la CBC sur une émission intitulée This Hour has Seven Days. Douglas Leiterman voulait un reportage sur le Vietnam. Je venais juste de lire le livre de David Halberstam[2] et souhaitais aller là-bas. Le sujet qui m’intéressait le plus était la manière dont la guerre affectait les civilisations. De par mes études en histoire, j’avais un point de vue particulier sur les soldats, notamment les mercenaires. Je les aimais bien et sentais qu’eux-aussi étaient des victimes. J’avais envie de montrer tout ça : que les soldats souffraient autant que les paysans. Douglas a apprécié mon idée et s’est battu pour que la chaîne accepte de m’y envoyer »[3]. Il est impensable pour CBC de dépêcher une réalisatrice au Vietnam, même si, au milieu des années soixante, des femmes –pour les plus connues d’entre elles, Gloria Emerson, Ann Bryan Mariano et Dickey Chapelle- ont été mandatées en qualité de journalistes ou sont sur le point de l’être. En dépit du manque de volonté de la chaîne, Beryl Fox part trois semaines avec du matériel portatif, sans scénario, mais avec un cahier des charges très précis. Soumise de surcroît au contrôle du Bureau de presse du gouvernement américain, elle n’a pas le droit de filmer à son gré et doit, au préalable, s’abreuver du matériel de propagande de circonstance. A son arrivée, l’officier qui l’accueille lui fait comprendre que ce conflit se passe largement des femmes. Beryl Fox découvre au fil des jours qu’il se passerait volontiers aussi du cinéma. Il n’est pas question pour la jeune réalisatrice de rester dans le sillage du gros de l’armée. Pour comprendre les événements et tourner des images d’exception, il lui semble indispensable de sortir des sentiers battus, d’aller sur le terrain et d’accompagner des patrouilles mobiles. D’abord guidée par le reporter Bernard Fall[4], elle travaille ensuite avec le chef-opérateur Eric Durschmeid habitué aux tournages difficiles et aux bombardements, puis avec le cameraman Tim Page. Si elle se retrouve parfois dans une solitude qui durcit les conditions d’enregistrement, son éloignement du front et des autres équipes de télévision lui permet de donner à son film la puissance nécessaire à la description de la vie militaire en temps de guerre.

Tourné entièrement en extérieur, ce documentaire ne contient pas d’images d’archives. Très spontanée, l’approche de Beryl Fox relève du cinéma-vérité. Côté américain, elle filme les unités de différents corps de l’armée et des militaires en proie aux pluies incessantes, à la jungle hostile et boueuse. Les longues marches à la recherche de camps ennemis, le maintien de l’ordre, les bombardements sur les lignes Viet Cong, la capture de prisonniers et la torture appartiennent, comme un système bien huilé, au cours normal de l’action (et rappellent sur bien des points la guerre en Irak menée par George W. Bush). Cette appréhension du versant immoral de la belligérance constitue peut-être la raison fondamentale des futurs ennuis de la réalisatrice. En précisant toujours qu’ils parlent à titre individuel, des soldats évoquent également leurs expériences, leurs missions et la lutte contre le communisme. Ces entretiens laissent transparaître le mal du pays et les manques (la famille, une présence féminine), mais aussi la langue de bois, les hésitations, la trouille de soldats trop jeunes et parfois inexpérimentés. Côté vietnamien, Beryl Fox appréhende la vie calme des populations : marchés, ports, village (visite commentée par Bernard Fall), écoliers chantant, paysans cultivant gaiement le riz dans les champs, mère s’occupant de leurs enfants. Avec beaucoup de finesse, elle capte la beauté paisible et la douceur de visages appréhendés, pour certains, en gros plan.

Le film ne comprend pas à proprement parler de commentaire -le fameux commentaire dirigeant invoqué par Chris Marker- qui dissèquerait l’histoire et les raisons du conflit. Il s’agit plutôt ici de rendre compte d’une atmosphère et de comprendre de l’intérieur, donc bien au-delà des préjugés et de la parole officielle, ce que vivent les protagonistes. Capable d’ironie féroce, la réalisatrice utilise occasionnellement la voix d’un représentant, probablement un instructeur, du département américain de la Défense, voix-off dont la maîtrise contraste avec les séquences insoutenables de violence, l’agonie ou la naïveté de soldats à la détermination chancelante. Elle n’a pas non plus adjoint de bande musicale sans rapport avec le terrain. Un morceau instrumental reprend malicieusement l’air d’un chant patriotique américain entonné par les soldats au commencement du film et la chanson Downtown de Petula Clark (1964) exprime le sentiment d’isolement des permissionnaires à Saigon.

Il semble que la vérité de la guerre et l’impression d’absurdité découlent de plusieurs aspects élémentaires : d’abord, de cette opposition entre le discours gouvernemental (à l’instar de cet interview de N’Guyen Tai, fonctionnaire du gouvernement Diem et défenseur du point de vue américain) et la réalité du terrain, ensuite de la non-rencontre -intensifiée par le montage parallèle- de rivaux qui s’ignorent et vivent chacun de leur côté, enfin de deux mondes qui, dès qu’ils se croisent, se détruisent et se défigurent l’un l’autre bien au-delà du pensable et de la cruauté, comme le prouvent les photos des morts américains, les images de vietnamiens brûlés et de cadavres abandonnés dans la forêt.

Le documentaire est diffusé pour la première fois le 5 décembre 1965 sur la CBC et suscite d’énormes polémiques au Canada, puis à l’étranger. Il est montré à la BBC en Grande-Bretagne et fait le tour des campus anglo-saxons. La plupart des télévisions américaines l’ignorent, sauf NET qui le diffuse au mois de janvier 1966, avec une introduction déniant à la chaîne toute responsabilité, à savoir que l’œuvre ne reflète pas l’opinion de ses diffuseurs. Trouvé trop facétieux et critique, Mill’s of the Gods est suivi, présenté par le célèbre journaliste David Schoenbrun, d’un débat entre le général américain Marshall qui accuse Beryl Fox d’avoir fait de la propagande et Bernard Fall qui défend la justesse de son propos. Il vient en fait à point nommé : beaucoup d’Américains se posent alors la question du bien-fondé de l’implication de leur pays dans le conflit vietnamien. Le chroniqueur Jack Gould considère avec enthousiasme le travail de la réalisatrice : « Il n’y a pas de doute que la manière dangereuse des Canadiens de faire du journalisme peut les rendre fière. (…) Miss Fox a filmé la contagion de la brutalité guerrière dans une séquence sans précédent dans les annales de la télévision (…) A la technique, Miss Fox ajoute le pouvoir de l’ironie »[5]. Le gouvernement américain considère que la documentariste présente l’évolution du conflit de manière peu flatteuse et fait pression sur les autorités publiques canadiennes pour que CBC, désormais sur liste noire à Washington, arrête l’émission This Hour has Seven Days. Les relations diplomatiques entre le Canada et les Etats-Unis s’en trouvent éprouvées. Ces controverses constituent une des raisons de la démission de Beryl Fox. En 1966, celle-ci est engagée par la CBS à New York où elle contribue avec son mari au développement de l’émission 60 minutes. C’est dans ce cadre qu’elle entreprend deux autres films sur le Vietnam : Saigon (1967), documentaire sur les raisons profondes qui opposent Américains et Vietnamiens et Last Reflections on a war (1968), hommage à Bernard Fall, décédé au Vietnam du Sud en février 1967. Malgré tout, Beryl Fox remporte plusieurs prix pour Mill’s of the Gods dont le George Polk Memorial Award du journalisme, aussi important aux USA que le Prix Albert Londres en France. Son documentaire a été largement pillé par les réalisateurs d’Hollywood, tels que Francis Ford Coppola qui, pour Apocalypse now (1979), a repris certaines scènes : descente le long d’un fleuve par les militaires, essaim d’hélicoptères dans le ciel, folie des hommes et de leurs machines assourdissantes. Malgré tout très proaméricain et anticommuniste, il n’aura guère de postérité en Europe accoutumée, exception faite de La section Anderson de Pierre Schoendoerffer (1967), aux films favorables au Nord Vietnam, à la manière de Loin du Vietnam et de 17ème parallèle. En 1977, Chris Marker en utilise, quant à lui, un extrait pour Le fond de l’air est rouge : celui du jet de bombe en direct sur le Vietnam du Sud. A bord de son avion et au-dessus des nuages, un pilote américain, le capitaine Dwelle, le visage intolérablement joyeux, s’adresse à la caméra en fournissant des explications sur ses objectifs. L’usage de cette séquence, écourtée par le cinéaste français qui la détourne ainsi de son sens initial, contribue à faire connaître le travail d’une réalisatrice injustement ignorée des Français. »

Nathalie Mary

….

  • Cette séance du GRHED sera présentée par Nathalie Mary – docteur en études cinématographiques de l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle – et propose de découvrir le profil et le film d’une réalisatrice peu connue, ainsi qu’une analyse de son utilisation par Chris Marker.
  • Le film « Mills of the Gods » de Beryl Fox sera projeté en intégralité (55 min).
  • Programmation – Johanna Cappi, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, IRCAV et l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, CERHEC
  • Contact : grhed@hotmail.fr
  • Lieu/horaires – Cette séance du GRHED se tiendra de 17h45 à 20h, dans la salle AVD 133 (1er étg) de l’Institut National d’histoire de l’art de Paris (INHA) Galerie Colbert, rue Vivienne, 75002  – Entrée libre

[1] “Canadian producer, journalist leiterman dies”, 31 décembre 2012, www.cp24.com.

[2] David Halberstam (1934-2007), journaliste qui a couvert la guerre du Vietnam pour The New York Times et a reçu le Prix Pulitzer. Beryl Fox se réfère à son essai The Making of a Quagmire. America and Vietnam during the Kennedy area (1965).

[3] The documentary conscience, University of California Press, Berkeley, Los Angeles, London, 1980, pp. 227-231. Traduction effectuée par l’auteure.

[4] Très estimé, ce politologue français vivant aux Etats-Unis et spécialiste de l’Indochine publie à l’époque de nombreux articles où il critique le gouvernement Diem (Vietnam du Sud) et les méthodes peu orthodoxes employées par l’armée américaine au Vietnam.

[5] “Canada Brings Style to News”, The New York times, 30 janvier 1966, p. X 17.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.